Le Greffier Noir, enquêtes et faits-divers

Charlie Hebdo: une des juges en charge de l'instruction des attentats du 7-9 janvier est apparentée à un ancien cadre du DPS, ex-supérieur hiérarchique de Claude Hermant.

 Par Alexis Kropotkine,

le 7 novembre 2015.

Photo diffusée par Claude Hermant après son arrestation le 23 janvier.jpgSelon des informations du site Le Greffier Noir, Laurence Le Vert, l'une des 3 juges d'instruction en charge des attentats contre Charlie Hebdo et l'épicerie casher de la porte de Vincennes, n'est autre que la cousine de Gérard Le Vert, ancien cadre du DPS, ex N°1 du DPA (MNR), sous les ordres duquel a longtemps officié Claude Hermant (voir infra). Les 2 hommes étant brouillés depuis une quinzaine d'années, ce lien de parenté n'est qu'anecdotique, anecdote savoureuse toutefois, puisque Claude Hermant est le principal importateur des armes d'Amedy Coulibaly, via la société commerciale Seth Outdoor, spécialisée dans la vente d’équipements de survie. Claude Hermant, informateur immatriculé de la gendarmerie, affirme que les livraisons d'armes litigieuses étaient couvertes par l'autorité administrative et servaient à infiltrer les réseaux criminels, ce que contestent formellement ses officiers traitants.

Pour une raison inexpliquée, en dépit des éléments aujourd'hui en leur possession, notamment l'identification précise par les renseignements slovaques et Europol de la filière d'importation des armes du terroriste, malgré les affirmations des avocats de Claude Hermant qui déclaraient en octobre à la Voix du Nord « nous ne sommes plus dans le conditionnel. Il y a un lien direct et établi entre [notre client] et Coulibaly » , tant la justice antiterroriste que le ministère de l'Intérieur persistent dans leurs dénégations quant à l'existence d'une connexion entre l'ancien mercenaire, devenu agent des douanes et de la gendarmerie, et les attentats de janvier.

Les juges lillois en charge de l'affaire se heurtent par ailleurs au mur du secret de la Défense nationale, que leur a opposé le ministère de l’Intérieur, après un avis défavorable à la déclassification rendu en juin par la Commission consultative du secret de la défense nationale (CCSDN).

 

Cette volonté de maintenir contre toute évidence « une étanchéité complète » entre les dossiers Hermant et Coulibaly ne peut qu'alimenter les rumeurs et la suspicion.

 

Un lien anecdotique.

 

Laurence Le Vert magistrate en charge de l'instruction des attentats de Paris.jpgTrois juges instruisent aujourd'hui les attentats du 7, 8 et 9 janvier : Laurence Le Vert, Nathalie Poux et Christophe Teissier.

Juge renommée de la galerie Saint-Eloi, célèbre pour sa traque des terroristes d'ETA dans les années 1980, connue pour sa force de travail et ses procédures «tirées au cordeau», Laurence Le Vert est une magistrate classée à droite, proche des réseaux de feu Charles Pasqua. Elle est aussi réputée active au sein de l'Association Professionnelle des Magistrats.

L'histoire se complique lorsque l'on sait que le cousin de Laurence Le Vert, Gérard Le Vert apparaît au cœur du premier scandale politique dans lequel s'est illustré Claude Hermant: l'affaire du Département Protection et Sécurité, où se mêlaient déjà trafic d'armes, déstabilisation des banlieues, barbouzes et violence politique.

 

La rupture entre Gérard Le Vert et Claude Hermant est consommée depuis 15 ans mais l'un et l'autre sont restés actifs dans les milieux nationalistes autonomes.

Claude Hermant était jusqu’en 2012 le dirigeant de la Maison du peuple flamand ; au moment de son arrestation en janvier 2015, il animait une structure paramilitaire survivaliste dénommée Base Autonome Durable et dirigeait avec sa compagne une entreprise de vente de matériel de survie et de paintball, Seth Outdoor, en fait la couverture d'une filière d'importation d'armes de guerre. Cette société est l'importatrice de l'arsenal d'Amedy Coulibaly.

De son coté, Gérard Le Vert - qui n'a rigoureusement aucun lien avec les événements de janvier - ne s'est jamais éloigné des milieux nationalistes et ne dissimule nullement ses sympathies pour la droite autonome-révolutionnaire la plus radicale. Il est aujourd'hui gérant d'un surplus militaire. Interrogé par le Greffier Noir il n'a pas souhaité s'exprimer sur Claude Hermant, qu'il qualifie toutefois « d'individu dangereux ». Il n'a pas souhaité non plus revenir sur l'histoire du DPS.

 

DPS, DPA, FN, MNR, un petit rappel historique.

 

Claude Hermant à Auchel en 2013 lors d'affrontement avec l'extrème gauche (source La Horde).jpgGérard Le Vert et Claude Hermant sont deux des acteurs des turpitudes qui ont ébranlé à la fin des années 1990 le service d'ordre du Front National, le Département Protection et Sécurité (en abrégé DPS), dirigé à l'époque par Bernard Courcelle. Claude Hermant y a officié 6 ans, de 1993 à 1999.

Au début de l'année 1999, après une accumulation d'incidents impliquant des membres de la structure (violence, usurpation de fonction, détention arbitraire) une commission d’enquête parlementaire est constituée pour examiner l'opportunité d'une dissolution du service d'ordre, solution finalement écartée pour des considérations politiques qui déborderaient notre propos.

Gérard Le Vert, chargé de mission auprès de Bernard Courcelle fut auditionné le 24 mars 1999 par la Commission en tant qu'ancien cadre régional du DPS et dirigeant fraîchement nommé du DPA, le service d'ordre du MNR, parti issu de la scission mégretiste. Les auditions de la commission étaient en effet contemporaines de la rupture entre Jean Marie Le Pen et Bruno Megret ; une époque troublée où survint l'épisode de la fausse tentative de coup d'état au Congo orchestrée par Bernard Courcelle, une mission africaine bancale qui valut à Claude Hermant quelques mois de détention.

S'estimant trahi par ses chefs (B. Courcelle avait témoigné contre lui), Claude Hermant régla ses comptes dès sa sortie de prison. Il révéla dans les médias que les « unités chocs » du DPS, aussi appelées UMI (ou « fantômes ») avaient déstabilisé au milieu des années 1990 plusieurs banlieues sensibles, en y aggravant artificiellement le climat d'insécurité. Selon Hermant, le DPS qui finançait ses activités par le mercenariat et des « opérations de police en Afrique » (Congo, Zaïre), ciblait, surveillait et intimidait certains opposants du FN. La structure avait aussi infiltré les organisations les plus radicales de l'extrême gauche (Ras le front, Scalp et autres groupuscules antifascistes). L'opération la plus grave contée par Claude Hermant est un projet d'assassinat, avorté, de l'ancien ministre des Finances congolais réfugié en France, Moungounga N’Guila.

Des faits graves s'ils étaient avérés mais révélés par médias interposés, après la clôture des travaux de la Commission et la remise du rapport parlementaire en mai 1999. De plus le récit de Claude Hermant doit être relativisé, certaines des accusations qu'il portait contre le Front National lui ayant valu une condamnation en diffamation.

 

Une fois la rupture entre Bruno Megret et Jean Marie Le Pen définitivement consommée, à la fin des années 1990, les éléments le plus durs du DPS ont suivi Bernard Courcelle et Gérard Le Vert au MNR. Gérard Le Vert fut promu N°1 du DPA, le service d'ordre du nouveau parti. A l’époque, sa fille, Géraldine Le Vert, était depuis de nombreuses années une proche collaboratrice de Bruno Megret.

 

Par cousine interposée, Claude Hermant retrouve ainsi les acteurs d'une scène qu'il a quitté à grand bruit il y a quinze ans. Il est certes, entre-temps, monté en grade.

 


Alexis Kropotkine, le 7 novembre 2015, pour  Le Greffier Noir.

 

 

 

Sources:

 

- Le DPS, service d’ordre du Front National ou garde prétorienne, rapport parlementaire, 26 mai 1999 //www.assemblee-nationale.fr/11/dossiers/dps/r1622p01.asp

- Le DPS, une milice contre la République, Réseau Voltaire, 1 décembre 1997 (revue de presse et juridique)

 

Articles internet utilisés pour cet article:

 

a) A propos de Laurence Le Vert:

//www.liberation.fr/cahier-special/1999/07/15/les-trois-juges-antiterroristes-laurence-levert-la-bucheuse-politique_278881
//www.lexpress.fr/informations/justice-la-bande-des-quatre_609727.html

//www.humanite.fr/node/277846

 

b) A propos de Claude Hermant et du DPS

 

- Confession d’un fantôme, Libération, 6 juin 2001 //www.liberation.fr/societe/2001/06/06/confessions-d-un-fantome_367082

 

- Inciter à la rébellion, interview de C.Hermant, Libération 6 juin 2001 //www.liberation.fr/societe/2001/06/06/inciter-a-la-rebellion_367068

 

Avant Bardo, le DPS calomnié, par Serge de Beketch, 15 mai 2003 (à propos de la condamnation de Claude Hermant pour diffamation)

 

- Les archives de Lutte en Nord:  https://luttennord.wordpress.com/tag/claude-hermant/

 

- Interview de Thierry Meyssan, Le Greffier Noir, 26 mai 2015 //www.greffiernoir.com/thierry-meyssan-attentats-charlie-hebdo-jean-marie-le-pen-front-national-dps-claude-hermant-amedy-coulibaly-kouachi

 

c) A propos du DPS, de Gérard Le Vert, B. Courcelle, etc.

 

 

- Les affaires du FN projetées sur la place publique, Libération 24/12/1998 //www.liberation.fr/evenement/1998/12/24/les-affaires-du-fn-projetees-sur-la-placepublique-les-accusations-de-malversations-se-multiplient_254267

 

- A propos de Gérard Le Vert. //fr.soc.politique.narkive.com/lRtCLggW/gerard-le-vert

 

Le rapport de l’Assemblée Nationale sur le DPS //www.assemblee-nationale.fr/11/dossiers/dps/r1622p01.asp

 

- Audition de Gérard Le Vert par la Commission d’enquête parlementaire, 1999. //www.voltairenet.org/article3267.html

 

- Audition de Thierry Meyssan par la Commission d’enquete, 1999 //www.voltairenet.org/article3252.html

 

Audition de Bernard Courcelle par la Commission d’enquête, 1999 //www.voltairenet.org/article3261.html

 

Je remercie Thierry Meyssan, le Réseau Voltaire et J. de M. dont les archives m'ont permis de vérifier plusieurs informations de cet article.

 

 

Pour en apprendre davantage sur la connexion Hermant-Coulibaly, nous vous recommandons ces articles du Greffier Noir:

 

- Attentats contre Charlie Hebdo: la connexion Claude Hermant - Amedy Coulibaly couverte par le secret de la Défense nationale.

 

- Charlie Hebdo: la gendarme, compagne d’Amar Ramdani, l’un des complices d’Amedy Coulibaly, a été radiée.

 

- Charlie Hebdo: la connexion Hermant-Coulibaly recèle-t-elle une partie des mystères du 7 janvier ?

 

 

 

 

 



07/11/2015
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi