Le Greffier Noir, enquêtes et faits-divers

Dennis Rader, BTK : bind, torture, kill

Par Virginie Ikky,

 

Le 19 juin 2011

 

 

 

 Dennis Lynn Rader, alias BTK, est un tueur en série américain qui a assassiné dix personnes dans le Comté de Sedgwick, entre 1974 et 1991. "BTK" signifie "Bind, Torture, Kill" soit "ligoter, torturer, tuer". Il envoyait des lettres signées de ce sigle et décrivant les détails des mises à mort à la police et aux journalistes.

 

dennis rader btkDennis Rader est l'aîné des quatre fils de Dorothea Mae et William Elvin Rader. Il a grandi à Wichita, a suivi sa scolarité dans l'école Riverview et au Lycée de Wichita heights. En 1957, il est confirmé dans l'Église Luthérienne Zion. Selon plusieurs rapports, y compris ses propres confessions, il a torturé des animaux lorsqu'il était petit, un des signes d'alarme dans la triade Macdonald. La triade Mac Donald est issue d'un article écrit par J. M. MacDonald dans la revue américaine de psychiatrie en 1963 et décrit trois comportements typiques des sociopathes. La triade inclue la torture des animaux, l'obsession des armes et l'énurésie passée l'âge de 5 ans. D'autres études ont par la suite mis en évidence que ces comportements étaient eux-mêmes la résultante de maltraitances sur ces enfants. Dennis Rader était un fétichiste des sous-vêtements de femme. Il se photographiait en train de se pendre dans une grange, habillé de vêtements de femme afin de susciter des érections en auto-asphyxie.

 

Rader a étudié dans l'université de Wesleyan de 1965 à 1966. Il a par la suite passé quatre ans dans l'Armée de l'air américaine, au Texas, en Alabama, à Okinawa, en Grèce et en Turquie. Rader passe un DEUG en Électronique en 1973. Il épouse Paula Dietz, le 22 mai 1971 et avec laquelle il a eu un fils et une fille. Dennis Rader va travailler dans l'électronique et apprendre comment neutraliser les alarmes de maison. Il est également un chef scout très impliqué et se comporte de façon psychorigide avec son entourage. Considéré comme arrogant et particulièrement méticuleux, Rader n'est généralement guère apprécié par ses collègues successifs, mais ne passe pas non plus pour un dangereux détraqué.

 

Dennis Rader tue pour la première fois le 15 janvier 1974. Il a 29 ans. La scène se déroule au 803 rue Edgemoor à Wichita et ce que la police découvre après son passage constitue un véritable massacre : Joseph Otero et sa femme Julia sont retrouvés dans la chambre à coucher, morts et ligotés. Le corps de leur fils de 9 ans, Joseph Jr., gît dans sa chambre, les pieds attachés et la tête enfermée dans un sac plastique. Au sous-sol, la fille Otero, Joséphine 12 ans, est pendue à un tuyau. Les 4 victimes n'ont subi aucune violence sexuelle, malgré des traces de sperme présentes sur les scènes du crime.

  

katie brightEn avril 1974, il poignarde Kathryn Bright, 21 ans et tire sur son frère, Kevin, qui a survécu. Celle-ci habite à quelques dizaines de mètres de la famille Otero. Le 4 avril 1974, la jeune femme de 21 ans rentre chez elle en compagnie de son frère Kévin. À l'intérieur, Dennis Rader est à l'affût et sort d'un placard, revolver à la main. Une lutte s'engage entre les deux hommes et Kévin finit par être maîtrisé et attaché à une chaise. Il parvient néanmoins à se libérer quelques instants plus tard et revient à la charge. Rader lui tire alors dessus. Touché à la tempe, Kévin tombe inconscient et son agresseur le croit mort. Lorsqu'il se réveille, il entend sa sœur en train de se faire étrangler. Blessé, il cherche encore à s'interposer et reçoit une deuxième balle dans la tête. Transporté plus tard à l'hôpital, il s'en sort finalement.

 

Le 22 octobre 1974, il appelle le Wichita Eagle et demande au journaliste qu'il a en ligne de se rendre à la bibliothèque municipale où une lettre se trouve cachée à l'intérieur d'un livre. Le message décrit précisément les scènes du crime concernant la famille Otero. Rader annonce aussi la couleur pour la suite : « Mon nom de code sera… BTK » et « J'ai déjà choisi les prochaines victimes. »... BTK comme Bind, Torture and Kill (Ligoter, Torturer et Tuer)...

                                                                                                                                   

Le 17 mars 1977, BTK s'introduit dans la maison de Shirley Vian qui vit seule avec ses 3 enfants. Il enferme les enfants avec des jouets et étrangle la mère. Pris de peur, les enfants réussissent alors à s'échapper par la fenêtre. Shirley Vian est retrouvée sur son lit, ligotée et étranglée. Un psychologue travaille avec les enfants, et on apprend qu'il est de couleur blanche et qu'il a la trentaine.

                                                                                                                     

Le 8 décembre 1977, BTK s'en prend à Nancy Fox. Le tueur fait monter l'adrénaline d'un cran en appelant lui-même la police pour signaler le meurtre. Nancy Fox est retrouvée chez elle, sur son lit, le visage contre le matelas, sa culotte descendue jusqu'aux genoux avec près d'elle un de ses vêtements portant des traces du sperme du tueur.

 

BTK en veut plus et alerte la presse en janvier 1978. Il envoie une nouvelle lettre au Wichita Eagle, sous la forme d'un poème intitulé « Shirley ferme à clé et tu seras mienne ». Celle-ci s'égare cependant dans les services du journal. Il envoie un second message en février, à la TV locale Kake TV, où il revendique l'ensemble de ses crimes.

 



 

Le 29 avril 1979, Anna Williams rentre chez elle après avoir passé la nuit chez sa fille et remarque des traces d'effrcation. La ligne téléphonique a également été coupée. Elle a échappé par miracle à BTK qui l'attendait la veille chez elle. BTK écrit une lettre lyrique : « Oh Anna, pourquoi n'es-tu pas apparue ? Pourquoi n'es-tu pas devenue ma 8e victime ? » il joint un dessin de ce qu'il avait eu l'intention de faire à sa victime, et que quelques petits articles il avait chapardés dans la maison de Williams. Il ose même appeler Anna pour lui délivrer le message en personne.

 

Le FBI reprend l'enquête. Des photocopieuses utilisées pour les lettres de BTK sont identifiées mais la piste est trop vague. Mais Dennis RADER est peut-être effrayé par les fédéraux car il stoppe ses crimes pendant 25 ans......jusqu'à un article d'un journal retraçant ses meurtres. Sans doute ivre de gloire et tenté par les retrouvailles avec les médias, Dennis Rader commence l'envoi d'une correspondance macabre. envoie un courrier au Wichita Eagle le 19 mars 2004 avec 3 photos d'une jeune femme morte et attachée, et 1 permis de conduire identifiant la victime. Toutes ces pièces se rapportent à une affaire non élucidée datant du 16 septembre 1986. Vicki Wegerle, 28 ans, a été retrouvée étranglée avec des traces de sperme à ses côtés. L'enquête est réouverte et le FBI va se pencher sur un poème peu connu, « Oh Death ! », repris en partie dans une lettre du tueur et menant une fois de plus à l'université de Wichita où le texte a été enseigné dans les années 70. 3000 hommes de 55 à 65 ans habitant Wichita sont également soumis à des tests ADN, ce qui constitue la plus grande campagne de l'histoire criminelle américaine, mais sans résultats.

 

Le 9 juin 2004, un paquet est trouvé contenant une bande enregistrée enregistré avec les descriptions graphiques de l'assassinat d'Otero et une liste de chapitre pour un livre intitulé "l'Histoire de BTK". Le chapitre Un est intitulé, "un Tueur en série est Né." En juillet, un paquet est laissé dans la boite de retour de la bibliothèque municipale contenant une revendication du meurtre de Jake Allen, 19 ans, à Argonia, plus tôt dans le mois. Cette revendication est cependant mensongère, l'affaire étant un suicide. En octobre 2004, une enveloppe en papier kraft est laissée dans une boîte UPS à Wichita contenant une série de cartes avec des images de terreur sur des enfants ainsi qu'une une poésie menaçant la vie de l'enquêteur principal, le lieutenant Ken Landwehr, et une autobiographie contenant beaucoup de détails de la vie de Rader.

 


 

Comme cela était prévisible, BTK sera arrêté pour pêché d'orgueil. Il n'a pas résisté à la tentation lorsque la police lui a demandé de leur adresser sobn autobiographie sur disquette ! La police scientifique parvient à découvrir que le PC utilisé appartient à l'église Luthérienne de Park City et seules 25 personnes y ont accès. De nouveaux tests ADN sont effectués. Dennis Rader est confondu et est arrêté le 26 février 2005. Son arrestation permet d'identifier d'autres meurtres : Ceux de Marine Hedge, 54 ans, en 1985 et Dolores Davis, 62 ans, en 1991.

 

Le 27 juin 2005, Dennis Rader plaide coupable. En août 2005, il est déclaré coupable et condamné à dix vies consécutives d'emprisonnement dont 175 ans sans possibilité de liberté conditionnelle. Il échappe à la peine capitale car ses crimes sont antérieurs à 1994, année où la peine de mort est restaurée dans l'État du Kansas.

 

 

 Virginie IKKY pour Greffier Noir

 

 

 

 

 

 





 

 

 

 

 

 

 

 



19/06/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi