Le Greffier Noir, enquêtes et faits-divers

Fatty Arbuckle, le premier scandale d'Hollywood

Par Virginie Ikky,

 

Le 26 avril 2012

 

 

fatty arbuckle buster keaton st johnAu procès d'OJ Simpson, considéré comme le procès le plus sensationnel du 20ème siècle des Etats-Unis, certains commentateurs diront qu'il fallait remonter à un fait-divers des années 20 pour retrouver un procès doublé d'un scandale médiatique aussi retentissant. Le procès ou plutôt les procès de la star de l'époque, Fatty Arbuckle, dont la carrière ne dira sans doute pas grand-chose aux lecteurs, mais dont le visage est bien connu.

 

Né en 1887, au sein d'une famille nombreuse du Kansas, Roscoe nait sous des auspices particuliers. C'est un bébé à la corpulence hors norme et son père en déduit que c'est un enfant illégitime. Il le prénomme dès lors Roscoe Conkling, en référence à un politicien qu'il méprise au plus haut point. Le surnom Fatty lui est donné dès son enfance, malheureuse, auprès d'un père violent. La famille déménage à SANTA ANA en Californie, où Roscoe va pouvoir faire valoir ses talents artistiques et devenir plus tard la plus grande star du cinéma muet de son temps. Roscoe est surtout doué pour le chant, et va gagner un concours qui va lui mettre le pied à l'étrier au début du vingtième siècle. Il est engagé par David Mann, tourneur de théâtre forain, et devient artiste, en chantant et jouant la comédie dans divers théâtres. Il participe à des tournées mondiales, et en juillet 1909, signe un contrat avec le studio de la Selig Polyscope Company pour tourner avec Francis Boggs. La consécration arrive très vite. Désormais connu sous le nom de Fatty Arbuckle, il se hisse au panthéon des acteurs les plus populaires et toune des dizaines de films par an. Le cinéma burlesque n'est alors pas considéré comme un art à part entière. On produit des courts-métrages sans prétention, qui s'adressent essentiellement à un public pauvre et populaire.

 

Bientôt, vers 1914, Fatty décide de réaliser lui-même ses films. Il tourne également sous la direction de Chaplin. Fatty Arbuckle signe ensuite un contrat avec le producteur Joseph Schenck lui assurant le contrôle du " département burlesque " : la Comique Film Corporation. Le contrat est de 1 000 $ par jour, plus 25 % des bénéfices et l’entier contrôle de ses films. Il va ainsi produire la série des Fatty. Cette série sera l'occasion pour Roscoe Arbuckle de lancer Buster Keaton, en l'invitant à participer à un de ses tournages, the butcher boy. Ce sera la première fois que Buster Keaton apparaît à l'écran et le trio formé entre Fatty, Buster et Al St. John va constituer le pilier de la série des Fatty de cette période.

 


 

En 1919, Roscoe Arbuckle assoit encore sa suprématie en signant un contrat mirifique avec la Paramount et en cédant ses parts de la Comique Film Corporation à Buster Keaton. Roscoe Arbuckle peut désormais tourner de vrais longs-métrages et sortir des comédies burlesques produites à la chaine. En 1920, il est le premier acteur à signer un contrat atteignant la somme symbolique de 1000000 $ annuel. The Round Up de George Melford, un western, est un succès. Fatty est boulimique de tournages et travaille parfois simultanément sur trois films différents.

 

Pour le week-end du Labor Day de 1921, le 1er mai, Roscoe Arbuckle, Lowell Sherman et Fred Fischbach organisent une fête au Saint Francis Hôtel de San Francisco. Nous sommes durant la prohibition, et les fêtes privées de ce type sont l'unique moyen de consommer de l'alcool entre amis. Parmi les invités, Virginia Rappe, une jeune actrice sans envergure ainsi que plusieurs autres acteurs, producteurs, showmans...Virginia Rappe arrive avec Al Semnacher, son manager, et Maud Delmont, surnommée Bambina, sa chaperonne, qui traine une mauvaise réputation. Elle serait ni plus ni moins qu'un maitre chanteur professionnel, déjà condamnée pour extorsion, dont les services consisteraient à fournir des munitions dans les divorces par exemple.

 

virginia rappe fatty arbuckleRoscoe Arbuckle dira avoir trouvé Virginia Rappe dans l'après-midi, malade à cause de l'alcool, raison pour laquelle il l'aurait couchée sur le lit. Il voulait se changer pour quitter la fête, passe dans une autre chambre et trouve allongée par terre dans la salle de bain Virginia, qui lui demande de l'eau. Il transporte l'actrice sur le lit pour aller dans la salle de bain. C'est en ressortant qu'il aurait trouvé l'actrice par terre en train de gémir. Il est rejoint par Maud Delmont. L'actrice est tellement hystérique que les autres participants finissent par arriver. Selon l'accusation, Roscoe Arbuckle a en fait entraîné Virginia Rappe dans sa chambre et l'a violée. A charge, Virginia lors de sa crise a crié à Fatty “Stay away from me! I don’t want you near me!” puis, elle s'est tournée vers Maud Delmont et a dit “What did he do to me, Maudie? Roscoe did this to me.”

 

maud delmont virginia rappe fatty arbuckleLes autres participants trouvent Virginia Rappe dans un état horrible et croient tous qu'elle délire à cause de l'alcool. Elle hurle, arrache ses vêtements et se roule à terre de douleur en se tenant le ventre. Ils tentent de calmer la malheureuse, lui font prendre un bain glacé, lui appliquent de la glace sur le corps. Finalement, la direction de l'hôtel est prévenue et Virginia Rappe est conduite dans une chambre voisine. Le docteur de l'hôtel est appelé et place un cathéter à l'actrice car Maud Delmont lui indique qu'elle n'a pas uriné depuis plusieurs jours. Il la place également sous morphine.

 

Le mardi matin, Arbuckle, Fischbach et Sherman rentrent à Los Angeles. Virginia Rappe reste à l'hôtel avec Maud Delmont, et consulte différents docteurs. Elle finit par être conduite à l'hôpital le jeudi et décède le lendemain, le vendredi 9 septembre 1921, d'une péritonite non diagnostiquée due à une rupture de la vessie. Maud Delmont se rend à la police pour déclarer que Virginia Rappe est morte consécutivement à un viol perpétré par Roscoe Arbuckle. Virginia aurait été écrasée par le poids de l'acteur lors du viol. Le 11 septembre, Roscoe Arbuckle est arrêté, accusé du viol et de l'homicide de l'actrice. Il est incarcéré. Le procureur de l'état s'entretient à plusieurs reprises avec Maud Delmont, qui change tout le temps de version, et est tellement peu crédible qu'elle ne sera pas appelée à la barre.

 

fatty arbuckle buster keaton st johnL'affaire Roscoe Arbuckle a un retentissement absolument énorme dans les médias, menées par William Randolph Hearst, alias Citizen kane, qui dans le San Francisco Examiner, va relayer l'affaire dans tout le pays. La presse à scandale est particulièrement ordurière et n'hésite pas à salir l'acteur. Hollywood est montrée du doigt pour sa débauche. Roscoe n'a pourtant pas l'allure ni le train de vie d'un débaucheur puisqu'il est marié depuis des années à Minta. La presse se fait l'écho d'anecdotes ou de supputations farfelues concernant l'affaire. La réaction de l'opinion publique est soudaine et brutale, emboîtant le pas aux ligues de vertu et aux ligues féministes, la presse et la profession qui condamnent Roscoe Arbuckle avant tout procès.

 

Les charges sont cependant bien faibles et ne reposent que sur des témoignages démontés par la défense. Arthur Beardslee, le médecin ayant soigné l'actrice dans ses derniers jours, témoigna qu'elle n'avait fait aucune référence à un viol. Betty Campbell, un modèle présent à la fête, témoigna qu'elle avait vu une heure après l'incident Fatty visiblement joyeux. Elle indiqua plus tard que le procureur l'avait menacée de l'emprisonner si elle ne livrait pas un témoignage à charge. Zey Prevon, une autre participante de la fête, avait elle été menacée d'inculpation de parjure si elle ne témoignait pas que Virginia lui avait dit que Roscoe lui avait fait du mal. Grace Halston, une infirmière, indiqua que les marques sur le corps de Virginia Rappe étaient certainement dues à une agression. Un agent de sécurité de studio témoigna que Fatty Arbuckle lui avait demandé la clé de la loge de Virginia Rappe pour lui faire une farce, mais qu'il avait refusé. Le procureur s'attaqua également aux empreintes des protagonistes retrouvées superposées sur une porte de l'hôtel, qui signifiaient pour un expert que Fatty et Virginia s'étaient bagarrés autour. L'avocat de la défense cita cependant comme témoin un expert attestant qu'il pouvait prouver que les empreintes étaient fausses, ainsi qu'une femme de ménage jurant qu'elle avait plusieurs fois nettoyé la porte avant les relevés d'empreintes.

 

 

 

Les experts médicaux cités par les deux camps étaient tous d'accord pour conclure que la vessie de l'actrice s'était rompue et qu'elle présentait des signes d'inflammation chronique. Ils conclurent que la cause de la mort était naturelle, et qu'aucune force extérieure n'était intervenue.

 

Le 4 décembre 1921, le jury ne put rendre de verdict, faute de majorité. Il en fut de même pour le second procès, au cours duquel les témoignages évoluaient gaiement et faisaient ressembler le procès de plus en plus à une parodie burlesque de justice. Les jurés du troisième procès revinrent avec un verdic d'acquittement le 12 avril 1922 et prirent une initiative très rare. Ils avaient en effet préparer un texte :

 

" L'acquittement n'est pas suffisant pour Roscoe Arbuckle. Nous pensons qu'une grande injustice a été commise. Nous pensons également qu'il est de notre devoir de lui donner cette exonération, en vertu de la preuve, car il n'y a pas la moindre charge à retenir contre lui, ni en aucune façon lieu de retenir un crime. Il a été courageux tout au long de l'affaire, et a raconté à la barre des témoins une histoire simple à laquelle nous avons tous cru. Ce qui s'est passé à l'hôtel est une malheureuse affaire pour laquelle Arbuckle, comme le montre la preuve, n'a été en aucun cas responsable. Nous lui souhaitons plein succès et espérons que le peuple américain portera toute l'attention à l'arrêt de quatorze hommes et femmes qui ont siégé durant 31 jours et concluent que Roscoe Arbuckle est totalement innocent et exempt de tout blâme. "

Roscoe Arbuckle est ruiné par les trois procès et écopera d'une amende pour l'alcool fourni au cours de la fête. Il est quelques jours après son acquittement officiellement banni des studios par une décision de la Motion picture producers and distributors of america. Il quitte les Etats Unis pour un voyage en Europe au mois d'août 1922. A l'annonce de la levée de l'interdiction en décembre 1922, le scandale est si énorme que de fait, Roscoe Arbuckle ne tournera plus pendant longtemps.

 

Buster Keaton le fait travailler à ses côtés pour l'écriture et la réalisation de ses films et Al St. John lui sert de prête-nom pour les films qu'il réalise. Grâce à l'appui de Joseph M. Schenck, il devient réalisateur et prend le nom de son père comme pseudonyme, William Goodrich. Il réalisera ainsi près d'une cinquantaine de courts-métrages entre 1925 et 1932.

 

Roscoe Arbuckle tentera également de reprendre son métier sur les planches. Ses spectacles sont cependant souvent annulés pour cause de craintes de troubles à l'ordre public. Il rachète un cabaret, The Plantation, dans la banlieue de Los Angeles, mais on est encore sous la période de la prohibition. En 1930, il revient au cinéma pour réaliser à nouveau plus de trente courts-métrages. Louise Brooks dira de lui : " Il ne faisait rien pour diriger le film. Il était assis dans son fauteuil comme un homme mort. Il était un très agréable et doux mort depuis le scandale qui avait ruiné sa carrière. Mais c'était une chose extraordinaire pour moi de venir pour faire ce film et me rendre compte que mon réalisateur était le grand Roscoe Arbuckle que je trouvais magnifique dans ses films. "

 

En 1932, Arbuckle signe un contrat avec la Warner Bros pour être la vedette, sous son propre nom, d'une série de six courts métrages produits par la Vitaphone. Il retrouve Al St. John et le succès. Le troisième de la série sort le 24 juin 1933. Devant le succès de ces trois premiers films, la Warner signe un contrat sur un long métrage. Le soir même, Roscoe Arbuckle a une attaque cardiaque et s'éteint dans la nuit.

 

 Virginie IKKY pour Greffier Noir



26/04/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi