Le Greffier Noir, enquêtes et faits-divers

Le suicide improbable de Marilyn Monroe




         
Par Virginie Ikky,

 

Le 21 novembre 2013

 

marylin MonroeLe 5 août 1962, le sergent Jack Clemmons de la Los Angeles Police Department reçoit un appel téléphonique à 4h25 du Dr. Ralph Greenson. Marilyn Monroe a été retrouvée morte dans sa chambre, après avoir absorbé une surdose de barbituriques. Elle rejoint la cohorte de stars fauchées par la dépression, les médicaments et les médecins peu scrupuleux. Si sa vie tumultueuse ne pouvait qu'appuyer la conclusion du suicide, le déroulé des derniers mois de sa vie accuse un entourage médical malveillant et malsain, qui a certainement joué un rôle dans la mort de la star.

 

Norma Jeane Mortensen, de son vrai nom, est née le 1er juin 1926 à Los Angeles. Sa mère la place en famille d'adoption alors qu'elle n'est âgée que de quelques jours et ne vient la voir que le weekend, quand elle ne séjourne pas à l'HP. Marilyn change fréquemment de familles d'accueil et finit par être confiée à sa "tante Grace" une amie de sa mère qui deviendra son tuteur légal. A 16 ans, Norma Jeane épouse Jim Dougherty, un voisin de 5 ans son aîné et entame une vie de femme au foyer. Mais son mari doit partir à la guerre et elle trouve un travail de vérificatrice de parachutes à la R. Plane Co. C'est un photographe de l'armée ayant pour consigne de photographier des femmes au travail pour relever le moral des troupes qui la remarque. Elle fait la couverture du magazine "Fank" du 26 juin 1945. Sa carrière de mannequin commence, et elle devient blonde pour avoir "plus de piquant. Elle divorce en 1946.

 

La même année, elle obtient un rendez vous avec Ben Lyon le recruteur de talents de la 20th Century Fox. Il lui fait signer un contrat et lui suggère également de prendre un pseudonyme : Marilyn, en hommage à l'actrice Marilyn Miller, et Monroe, comme le nom de famille de sa grand mère maternelle. C'est après le film "Asphalt Jungle" que Marilyn voit sa carrière s'envoler.

 

Début 1952, elle rencontre Joe DiMaggio, idole du base-ball. Ils se marient le 24 janvier 1954, mais Joe ne supporte pas le succès de Marilyn, le regard des hommes sur elle, ses décolletés et ses jupes moulantes, et le divorce est prononcé le 27 octobre 1954. Marilyn rêve pourtant d'un foyer normal avec des enfants et un mari qui l'aime. C'est à cette période que débute sa relation avec Arthur Miller, qui après avoir obtenu le divorce d'avec sa femme, épouse Marilyn le 29 juin 1956. Toujours en recherche d'une "vraie" famille, elle s'intègre totalement à la cellule familiale de Miller, ses 2 enfants et ses parents. L'été 1956 passé à Amagansett fut l'époque la plus heureuse de la vie de l'actrice.

 

certains l'aiment chaudEn juillet, la jeune femme découvre qu'elle est enceinte. Malheureusement, la grossesse est extra utérine et elle doit avorter, ce qui la fait sombrer dans la dépression. On la sauve plusieurs fois de la mort. Fin décembre 56, Marilyn fait une fausse couche, et déprime de plus belle. Même le succès de son dernier film ne réussit pas à la sortir de son état. Son couple se détériore. Les deux jeunes gens divorcent le 20 janvier 1961. Le bruit court que Marilyn entretient une liaison avec Robert Kennedy, qui semble lui réussir. En mai 1962, elle est conviée à chanter "Happy Birthday" au Madison Square Garden pour l'anniversaire du Président Kennedy. Mais elle l'interprète à sa manière en chantant, susurrant, haletant...Le tournage de son nouveau film "something's got to give" est interrompu en juin 1962, Marilyn étant trop épuisée physiquement. Elle sera contrainte, ainsi que Dean Martin son partenaire, à payer des dommages et intérêts à la Fox pour rupture de contrat. Ce sera son dernier film.

 

Les funérailles de la star ont lieu le 8 août 1962 au Westwood Memorial Cemetery de Los Angeles. 

 

Selon certaines rumeurs, Marilyn aurait été victime d'un complot ourdi par le F.B.I. et la C.I.A. dans le but d'accumuler des preuves contre les Kennedy. D'après Don Wolfe, Marilyn Monroe a été assassinée. Cette version impliquerait Robert Kennedy ainsi que des proches de l'actrice qui se seraient tus pendant des années. Une célèbre photo a fait passer à la postérité cette théorie de la conspiration, qui sur le plan factuel reste peu étayée.

 

Selon Donald Spoto, Marilyn est décédée à la suite d'une erreur médicale. On lui aurait administré un lavement à l'hydrate de chloral (le chloral lui permettait de dormir) alors qu'elle avait absorbé, préalablement, du Nembutal. Le mélange de ces deux substances peut s'avérer fatal. Cette version des faits moins sensationnelle nous amène à nous intéresser à l'entourage médical de Marilyn, et aux rapports très particuliers qu'elle entretenait avec son psychanalyste, Ralph Greenson, son médecin, Hyman Engelberg, et sa gouvernante Eunice Murray.

 

En 2005, le Los Angeles Times publie des extraits d'entretiens de Marilyn à Ralph Greenson, tels que rapportés par un enquêteur, dans lesquels la star s'interrogerait sur sa carrière, son physique, ses mariages, et révélerait avoir eu une liaison avec Joan Crawford. Après sa mort, le procureur chargé de l'enquête, John Miner, aurait obtenu du psychanalyste de la star, Ralph Greenson, qu'il lui passe les enregistrements faits des séances de Marilyn sur son divan, et en aurait pris des notes très complètes. Dans ces notes, Marilyn apparaitrait obsédée par les oscars, se posant des questions sur sa carrière, envisageant notamment de jouer du Shakespeare pour être enfin considérée comme une actrice sérieuse. Elle aurait également raconté à son psychiatre comment elle s'examinait dans le miroir, nue, pour observer l'effet de l'âge sur son corps, et trouvant que " ma poitrine commence à s'affaisser un peu, (mais) ma taille est encore bien, et mes fesses sont encore ce qui se fait de mieux. " Elle parlerait également de Clark Gable, chez qui elle chercherait un amour paternel, de ses mariages et divorces avec le joueur de base-ball Joe DiMaggio et le dramaturge Arthur Miller.

 

Dr GreesonLe psychanalyste aurait permis à John Miner d'écouter ces bandes à condition qu'il n'en révèle jamais le contenu. Celui-ci n'a rompu cette promesse de secret que des années après la mort du psychanalyste, lorsque certains biographes de l'actrice ont suggéré que celui-ci pouvait être considéré comme suspect dans la mort de la star. Selon le procureur, à écouter ces bandes, il serait évident " qu'il n'était absolument pas possible que cette femme se soit suicidé. Elle avait des projets bien précis pour son avenir, et savait exactement ce qu'elle voulait faire. Lee Strasberg lui a dit qu'elle devait jouer du Shakespeare, et elle était fascinée par cette idée. "

 

Le procureur estime que l'actrice a été assassinée : après l'avoir endormie par quelque chose dans son verre, on lui aurait administré du Nembutal dissous dans de l'eau, à forte dose, sous forme de lavement. Cependant, les affirmations du procureur Miner sont remises en doute par de nombreux biographes et contredits par plusieurs témoins dont l'ancien substitut du procureur et la veuve de Ralph Greenson qui a affirmé au Los Angeles Times que son mari n'avait jamais évoqué l'existence de ces bandes. Il faut dire que l'attention des journalistes se portent de plus en plus sur le défunt Ralph Greenson et ses thérapies de choc.

 

Ralph Greenson, né à Brooklyn, s'appellait Roméo Greenschpoon. Il a étudié en Suisse dans les années trente. En 1960, il est l'un des phares analytiques d'Hollywood : son cabinet et ses soirées sont fréquentés par les stars. Il a connu Freud, dont l'une des élèves l'avait également analysé. Il a analysé Frank Sinatra, amant de Marilyn, tandis qu'il analysait celle-ci.

 

En février 1961, Marilyn est hospitalisée dans une clinique psychiatrique. Elle envoie une lettre bouleversante à Greenson : "Je n'ai pas dormi de la nuit. Parfois je me demande à quoi sert la nuit. Pour moi, ce n'est qu'un affreux et long jour sans fin. Enfin, j'ai voulu profiter de mon insomnie et j'ai commencé à lire la correspondance de Sigmund Freud. En ouvrant le livre, la photographie de Freud m'a fait éclater en sanglots : il a l'air tellement déprimé (je pense qu'on a pris cette photo avant sa mort), comme s'il avait eu une fin triste et désabusée. Mais le docteur Kris m'a dit qu'il souffrait énormément physiquement, ce que je savais déjà par le livre de Jones. Malgré cela, je sens une lassitude désabusée sur son visage plein de bonté. Sa correspondance prouve (je ne suis pas sûre qu'on devrait publier les lettres d'amour de quelqu'un) qu'il était loin d'être coincé! J'aime son humour doux et un peu triste, son esprit combatif."

 

Marilyn se confiait beaucoup à Greenson, et ce dernier, fasciné par la star, en redemandait.

 

1961 est l'année du divorce entre Marilyn et Arthur Miller. La star est déprimée au possible, consulte 7 fois par semaine Greenson. Elle peut heureusement compter sur son ex-mari Joe Di Maggio qui est d'une grand secours et l'aide à remonter la pente. Mais la relation entre Marilyn et son thérapeute dérape de plus en plus. A tel point que Greenson lui prescrit 2 séances de thérapie par jour en octobre 61. Greenson devient le père de sa patiente. Il rompt les lois analytiques en l'invitant chez lui. En principe, c'est un freudien strict, auteur d'un livre technique qui a fait date, ami d'Anna Freud, la fille du viennois. Seulement voilà : avec Marilyn, sa vie est chamboulée, il s'écarte de plus en plus de la pratique normale, voit sa patiente chaque jour pendant des heures, l'introduit dans sa famille et, sans coucher avec elle, se mêle de ses contrats en garantissant sa présence sur les plateaux (Marilyn a des retards légendaires). Il surveille ses médicaments, ses piqures, ses lavements, ses fréquentations..et lui adjoint une nouvelle gouvernante, Eunice Murray, qui va bientôt passer ses nuits avec Marilyn au grand dam de son entourage qui la trouve on ne peut plus bizarre.

 

Mrs MurrayAvec Eunice Murray, Greenson peut enfin contrôler la vie entière de la star. La gouvernante surveille tous les faits et gestes et rapporte tout au Docteur, qui a en plus convaincu Marilyn de déménager dans une maison plus proche de son domicile. Marilyn est ainsi en 1962 soumise à un contrôle total du duo Greenson/Murray, à quoi s'ajoute une dépendance médicamenteuse savamment entretenue, à base de barbituriques, anxiolytiques, amphétamines et anti-dépresseurs.

 

Malgré cela, au début du mois d'août 62, Marilyn est heureuse. Elle va se remarier avec son fidèle Joe DiMaggio. Georges Cukor va en outre reprendre le tournage de son film " something's got to give ". Elle a des projets de film sur la vie de Jean Harlow ainsi qu'un spectacle musical.

 

A l'aube du dimanche 5 août 1962, la garde du sergent Jack Clemmons fut très calme. Jusqu'à cet appel, peu avant l'aube. Son interlocuteur se présenta: Dr Hyman Engelberg. Et il dit: "Marilyn Monroe est morte. Elle s'est suicidée." Croyant à une plaisanterie, Clemmons demanda: "Qui avez-vous dit que vous étiez? - Je suis le Dr Hyman Engelberg, le médecin de Marilyn Monroe. Je me trouve chez elle. Elle vient de se suicider. - Donnez-moi l'adresse, j'arrive." Il regarda sa montre et nota dans le registre qu'il était 4 h 25 du matin.

 

Au 12305 5th Helena Drive, le sergent Clemmons frappa à la porte et entendit dans la maison des pas et des conversations murmurées. Il frappa de nouveau. Il se passa une bonne minute avant qu'on allume la lampe du porche et qu'Eunice Murray, la gouvernante, lui ouvre. Elle conduisit le sergent Clemmons dans une chambre où gisait le corps, en travers du lit. On avait rabattu un drap sur la tête, ne laissant visible qu'une mèche de cheveux blond platine. Deux hommes étaient présents, le Dr Hyman Engelberg, le Dr Ralph Greenson.

 

"Elle s'est suicidée", dit le Dr Greenson. Puis, montrant la table de nuit jonchée de boîtes de comprimés, il désigna un flacon vide de Nembutal et ajouta: "Elle en a pris tout le contenu."

"A-t-on bougé le corps? demanda Clemmons.

- Non, répondirent les médecins.

- Avez-vous tenté de la ranimer? demanda le sergent Clemmons.

- Non, nous sommes arrivés trop tard, répondit le Dr Greenson.

- Savez-vous à quelle heure elle a pris les comprimés? - Non."

Quand le sergent se retourna pour parler à Mrs Murray, il se rendit compte que la gouvernante avait quitté la pièce. Il la retrouva dans la buanderie, où machine à laver et séchoir étaient en marche. Elle pliait du linge sur le plan de travail et elle lui sembla agitée.

 

Voici la version donnée par Eunice Murray : " J'étais allée me coucher vers 22 heures. J'ai remarqué la lumière sous la porte de Marilyn. Je me suis dit qu'elle dormait ou qu'elle parlait avec quelqu'un au téléphone. Alors je suis allée me coucher. Je me suis réveillée à minuit parce que je devais aller aux toilettes. La lumière filtrait toujours sous la porte de Marilyn. Alors je me suis inquiétée. J'ai essayé d'ouvrir la porte, mais elle était fermée à clef de l'intérieur. J'ai frappé, mais Marilyn n'a pas répondu. Alors j'ai appelé sle Dr Greenson, qui n'habite pas très loin. Quand il est arrivé, vers minuit et demi, elle ne lui a pas répondu non plus. Alors il est sorti et il a regardé par la fenêtre de la chambre. Il a vu Marilyn couchée, immobile, sur le lit, et il lui a trouvé une mine bizarre. Il m'a dit: "Nous l'avons perdue", et puis il a appelé le Dr Engelberg."

 

Le corps de Marilyn avait donc été découvert à minuit et demi, et la police n'avait été appelée qu'à 4 h 25. Le sergent Clemmons demanda aux médecins pourquoi il leur avait fallu près de quatre heures pour appeler la police. Le Dr Greenson répondit qu'il avait fallu obtenir l'autorisation du service de publicité du studio.

 

Clemmons interrogea les médecins sur les circonstances qui avaient présidé à la découverte du corps. Le Dr Greenson raconta l'histoire presque dans les mêmes termes que Mrs Murray. On l'avait appelé peu après minuit et il était arrivé vers minuit et demi. Il avait dû casser une fenêtre avec le tisonnier pour accéder à la chambre, où il avait trouvé Marilyn sur le lit. Il indiqua que sa main tenait fermement le téléphone, quand il l'avait trouvée, et qu'il le lui avait alors presque immédiatement pris. Il ajouta qu'elle avait dû essayer d'appeler à l'aide. Le sergent Clemmons trouva curieuse cette hypothèse du Dr Greenson, sachant que Mrs Murray était dans la maison, la porte de sa chambre à trois mètres de celle de Marilyn.

 

Le Dr Thomas Noguchi, médecin légiste adjoint, arriva à 6 h 30 le dimanche matin. Il vérifia la liste des corps arrivés à la morgue dans la nuit de samedi à dimanche et fut surpris de ne pas trouver de Marilyn Monroe sur la liste. Il interrogea l'assistant du coroner, Lionel Grandison qui ne tarda pas à découvrir une première irrégularité. Quand les gens meurent par suicide ou meurtre, par accident ou quand les causes sont inconnues, la loi dit que le corps doit être transporté à la morgue du comté, pour que le bureau du coroner tire les conclusions adéquates.

 

Grandison entreprit une recherche et trouva le corps de Marilyn Monroe aux pompes funèbres de Westwood Village. Quelqu'un avait téléphoné à l'entreprise de pompes funèbres et demandé qu'on vienne chercher le corps. Il fut d'autant plus choqué de découvrir que les responsables des pompes funèbres de Westwood Village préparaient déjà le corps pour l'embaumement. Grandison interrogea le personnel des pompes funèbres de Westwood Village, mais il ne réussit pas à découvrir qui avait demandé par téléphone que le corps soit transporté dans leurs locaux.

 

Peu après 9 heures du matin, Grandison fit prendre le corps aux pompes funèbres et le fit placer dans le casier n° 33 de la morgue du comté de Los Angeles, au palais de justice. l'autopsie commença par une recherche de points de perforation qui auraient indiqué que des substances avaient été administrées par injection. Le rapport d'autopsie indique clairement: "Pas de traces d'aiguille." Autre recherche lors de l'examen externe du corps: la lividité cadavérique. Elle est causée par l'effusion hors des vaisseaux du sang qui s'accumule dans les parties les plus basses du corps dans les heures qui suivent la mort. Il y produit des taches qui vont du gris bleuâtre au violacé. Dans son rapport, le médecin mentionne deux zones de lividité: le visage, le cou, les bras, la poitrine et l'abdomen, d'une part, et "une légère lividité qui disparaît à la pression sur la face postérieure des bras et des jambes", d'autre part. Cette double lividité présente une grande importance légale. Les zones de lividité secondaires se forment quand on bouge un corps pendant que s'installe la lividité cadavérique, processus qui dure généralement quatre heures après le moment de la mort. On sait maintenant que Marilyn Monroe est morte vers 22 h 30 le samedi soir. Son corps a été retourné et placé sur le brancard par Guy et Don Hockett [des pompes funèbres] huit heures après la mort, soit quatre heures après la fin du processus d'installation de la lividité cadavérique. En conséquence, la légère lividité remarquée sur son dos n'a pu se produire qu'immédiatement après la mort, quand le corps est resté un temps sur le dos avant qu'on le place à plat ventre sur le lit.

 

Le rapport du Dr Noguchi signale deux contusions récentes sur le corps de Marilyn: "une petite ecchymose sur la fesse gauche et une autre à gauche sur la chute des reins". Pourtant, à en croire Lionel Grandison, d'autres bleus étaient visibles sur le corps de Marilyn, ignorés par le document officiel. Le fait que ces bleus évidents n'aient conduit à aucune interrogation, et que les plus petits ne furent même pas notés, constitue une omission troublante. Le Dr Noguchi admit, lors d'une interview, en 1982, qu'on aurait dû s'intéresser au gros bleu pourpre sur la fesse gauche. "Ce bleu, dit-il, n'a jamais été totalement expliqué. C'est un signe de violence."

 

Après l'examen externe, le Dr Noguchi passa à l'examen interne. Il ouvrit l'estomac, et John Miner et lui en ont examiné le contenu, à la recherche de traces des comprimés de Nembutal qu'elle aurait ingérés. Ils ont donc été surpris de trouver l'estomac totalement vide. "Il y avait dans l'estomac une petite quantité de liquide, se souvient John Miner, mais nous n'y avons détecté aucun signe qui aurait indiqué qu'il avait contenu une forte dose de médicaments ou de sédatifs."

 

De plus, le Dr Weinberg et plusieurs autres médecins légistes de renom ont souligné qu'on appelle le Nembutal la "veste jaune" à cause du jaune de la gélatine qui entoure le produit actif. Si Marilyn Monroe avait avalé une cinquantaine de comprimés de Nembutal, il y aurait eu des traces de teinture jaune dans le tube digestif, surtout dans un estomac vide. Le Dr Noguchi ne trouva aucune trace de teinture jaune.

 

Alors qu'a-t-il pu se passer ? Et bien d'abord, Marilyn n'était pas dépressive. Elle était sous la coupe du Docteur Greenson, du Docteur Engelberg, qui lui injectait tout et n'importe quoi, les deux médecins étant aussi dépendants à elle que réciproquement. Des proches ont en effet rapporté les rapports étranges qu'ils entretenaient avec la star, cherchant tous deux à passer le plus de temps possible avec elle. Deux flacons de nembutal et d'hydrate de Chloral ont été retrouvés à son chevet, et on sait avec l'autopsie qu'elle ne les a pas ingérés et qu'on ne lui a pas injectés. A l'arrivée du policier, se trouvent à son domicile les deux docteurs et Eunice Murray qui fait une lessive.

 

La thèse la plus probable est effectivement celle de Donald Spoto, celle de l'ingestion des barbituriques par lavement, administré par Eunice Murray, infirmière sans diplôme que Greenson chargeait d'actes médicaux quand le Docteur Engelberg ne pouvait pas se déplacer. La conclusion du lavement a été confirmée par les légistes qui ont noté un côlon congestionné et violacée. Après le lavement, Marilyn se sent rapidement partir et téléphone à Peter Lawford, un de ses amis, à 21 heures. Sa voix est nauséeuse et inquiétante. Lawford ne peut pas se déplacer. Il est le beau-frère du Président et cela le mettrait en situation délicate. Il tente tout pour envoyer des gens chez Marilyn et réussit à y faire déplacer Milton Rudin, qui se retrouve face à Eunice Murray, laquelle lui dit que Marilyn va bien. Le policier Clemmons fut en tout cas très intrigué du comportement des personnes au domicile de Marilyn et notamment par la lessive de la gouvernante, qui s'explique fort bien par l'administration d'un lavement qui aurait été expulsé dans les draps lors du malaise.

 

Enfin, comment expliqué qu'un actrice aussi obsédée par son apparence et la peur de vieillir ait pu commettre son suicide de façon aussi disgracieuse ? De l'avis de ceux qui la côtoyaient, Marilyn n'aurait jamais eu l'idée de partir sans maquillage, sans sa plus belle robe et parfaitement coiffée. Le jour de son enterrement aurait du être celui de son remariage avec Dimaggio. Il fleurira la tombe de Marilyn Monroe jusqu'à sa mort pendant 20 ans. Les trois personnes présentes au domicile de Marilyn Monroe sont aujourd'hui décédées et n'ont jamais voulu s'exprimer plus clairement.

 

                                  

 

Virginie IKKY pour Greffier Noir

 

 



21/11/2013
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi