Le Greffier Noir, enquêtes et faits-divers

Luc Tangorre, faux dreyfus et vrai pervers


Par Virginie Ikky,

 

Le 11 mai 2009

 

 

 

femme_actuelle.jpgLuc Tangorre est aujourd'hui pour la justice un violeur récidiviste, condamné par deux Cours d'Assises. Dans les années 80, après son premier procès pour plusieurs viols, c'est un Dreyfus moderne, soutenu par les plus prestigieux intellectuels de l'ère Mitterrand, persuadés de son innocence. Les victimes l'ont identifié, des éléments matériels ont été recueillis contre lui, et pourtant, un emballement, médiatique va lui permettre de se voir accorder par le Président une grâce partielle. Il sort de prison après 4 ans d'incarcération au lieu de 15. Quelques mois plus tard, Luc Tangorre est arrêté pour le viol de deux étudiantes américaines.

                             

En 1983, il avait été condamné à quinze ans de réclusion criminelle pour six viols, mais il avait toujours nié les faits et se présentait comme la victime d'une erreur judiciaire. 1981 : dans les quartiers sud de Marseille, un homme sévit,  agresse et viole plusieurs femmes. Certains détails sont retenus. L'homme est jeune, brun et conduit vraisemblablement une deux chevaux. Luc Tangorre est arrêté sur un banal contrôle d'identité, un soir, alors que des policiers en patrouille l'aperçoive et sont intrigués par une attitude bizarre : il semble guetter, roder.. Confronté le lendemain matin aux victimes au moyen d'un tapissage avec d'autres policiers bruns et moustachus, Luc Tangorre est confondu et incarcéré. On retrouve chez lui une parka avec des traces de vaseline, utilisée par le violeur , ainsi qu'une fausse arme de poing, comme le violeur en utilise une. Cette arme porte des traces de terre qui , analysées, correspondent avec la terre d'un des lieux d'agression. Luc Tangorre est cependant soutenu mordicus par sa famille et les amis. C'est un étudiant en sport, il a des petites amies et une vie parfaitement normale. Deux ans plus tard, au procès, les témoignages de victimes enfoncent Luc Tangorre qui est condamné à 15 ans de réclusion criminelle.

 

Dès le lendemain du verdict, la bataille pour la révision s'enclenche. Marguerite Duras, François Sagan, Pierre Vidal-Naquet et son frère François, avocat, Gilles Perrault, Claude Mauriac, Jean-Claude Gaudin, Dominique Baudis apportent leur soutien. C'est évidemment la personnalité de Pierre Vidal-Naquet qui emporte tout, lui l'ancien résistant et historien de renom : « Quand je reçus en 1983 le livre de Jean-Denis Bredin, "L'Affaire", je lui écrivis à peu près immédiatement qu'il était bien de venger l'honneur du capitaine, (Dreyfus) mais qu'il y avait à Marseille, aux Baumettes, un jeune homme condamné pour une série de viols. L'histoire, que je raconte à la fin du tome II de mes Mémoires, peut se résumer ainsi : pendant l'été de 1983, j'appris d'un de mes neveux qu'un de ses camarades, Luc Tangorre, étudiant en gymnastique, avait été condamné à quinze ans de réclusion criminelle pour une série de viols dans les quartiers sud de Marseille. Il protestait avec la dernière énergie de son innocence, paraissait avoir des alibis sérieux. Jean-Denis Bredin et mon propre frère, avocat à Marseille, prirent son affaire en main. Une jeune femme, chercheuse au CNRS, avait pris la tête du Comité de soutien. L'homme impressionnait. Mon frère alla le voir en prison et me dit : « Ou bien il est innocent, ou bien il faut l'engager tout de suite à la Comédie française. »

 

coupable à tout prix

Après une longue bataille médiatique et juridique, Luc Tangorre bénéficie, en février 1988, d'une grâce présidentielle. Mais quelques mois après sa libération conditionnelle, il est interpellé pour le viol de deux étudiantes américaines.

 

Celles-ci ont décrit en détail l'homme qui les a agressées le 23 mai 1990, alors qu'elles faisaient du stop sur l'autoroute A 9. Il roule dans une 4L verte dont la jauge d'essence est en panne et le loquet de portière arrière droite manque; il porte une chevalière. A bord, elles ont repéré des stocks du même livre dont le titre commence par le mot «coupable». Trois mois plus tard, les enquêteurs identifient l'ouvrage, "Coupable à tout prix", écrit par une chercheuse du CNRS sur la première affaire Tangorre. Il est interpellé quelques jours plus tard à Lyon, dans son bureau de tabac. Il roule dans une 4L verte avec une poignée de porte manquante et la jauge en panne. On retrouve chez lui les vêtements décrits par les étudiantes, ainsi que la chevalière et le livre.

 

Mais Luc Tangorre continue de nier les faits. Il crie à la machination policière et féministe. Luc Tangorre comparaît devant la cour d'assises du Gard. Un huis clos partiel a été accordé aux parties civiles. Comme il l'avait fait devant les jurés d'Aix-en-Provence, il y a six ans, Luc Tangorre nie, encore et toujours. Fait troublant, Luc Tangorre ne compte pas que sur son éclatante innocence pour le faire acquitter et a mandaté rien moins que six avocats pour le défendre ! ! Dont Maîtres Paul Lombard et Jean-Louis Pelletier, les meilleurs pénalistes de l'époque. Six avocats contre une seule avocate pour les deux parties civiles. Les charges accablantes et la pugnacité de l'avocate des victimes ont conduit la cour d'assises à condamner Luc Tangorre, à dix-huit années de réclusion criminelle.

 

«Non, pas deux fois!» hurle-t-il à l'énoncé du verdict. Luc Tangorre bénéficiera d'une libération conditionnelle en 2000.

 

Et le comité de soutien ? On ne peut pas dire qu'il était encore très présent pour le second procès. Pierre Vidal-Naquet impliqué au premier plan, fût obligé, et c'est tout à son honneur, de reconnaître son erreur :

 

« Je me battis sur tous les terrains, allait voir Robert Badinter puis François Mitterrand. Une grâce partielle lui fut accordée en 1988 et il sortit de prison. Hélas, on apprit que, le 29 mai 1988, un jeune homme qui lui ressemblait comme un frère avait violé deux étudiantes américaines. Mon frère fit son devoir d'avocat jusqu'au bout, mais le dossier de l'accusation était cette fois solide, et il aurait fallu d'immenses complicités pour le supposer truqué, et je ne pus m'en convaincre. J'avouai mon erreur après la condamnation, et Le Monde publia mes regrets dans son numéro du 15 février 1992. Je sais très bien que, depuis, ma parole a perdu singulièrement de poids. François Hartog, ici présent, se souvient certainement qu'il m'avait mis en garde dès les premiers jours contre la comparaison que j'avais faite entre l'affaire Tangorre et l'affaire Dreyfus, identifiant par exemple l'expert psychiatre qui avait enfoncé Luc Tangorre dans la première affaire à l'ineffable Bertillon, l'expert en graphologie de l'accusation contre Dreyfus. François Mitterrand lui-même avait été hésitant : « Je comprends, me dit-il, qu'on soit accusé à tort d'un viol, mais de dix viols ? Comment est-ce possible ? » J'avais dans mon camp sa secrétaire, Paulette Decraene, et son épouse Danielle. Ce n'est pas un souvenir dont je sois particulièrement fier aujourd'hui. »

 

Tous n'ont pas eu cette démarche d'excuses vis-à-vis des victimes, qui ont certainement vécu plusieurs années de cauchemars en voyant les plus éminents soutenir leur violeur. Terminons par cet extrait du blog de Philippe Bilger, qui livre une critique pertinente de ces intellectuels enflammés :

 

"J'ai eu tort d'évoquer les frères Vidal-Naquet au milieu des pétitionnaires compulsifs. Certes, sans Pierre, beaucoup de personnalités ne se seraient pas mêlées de cette cause mais François a très vite fait preuve d'une lucidité méfiante. Pierre saura s'illustrer, plus tard, dans le Monde, par un article que nos médiocres Zola d'aujourd'hui devraient méditer. En effet, il présentera ses excuses publiques en ayant le courage de reconnaître que sans son action initiale et celle de ses soutiens, le viol des deux américaines par Luc Tangorre n'aurait pas eu lieu. Contrition qui, dans la caste intellectuelle, a été rare, voire unique.

 

Les pourfendeurs improvisés et ignorants n'aiment pas se retourner sur leurs pas et sur leurs erreurs. Ils ont déjà fait beaucoup d'honneur à la société en acceptant de sortir de leur sphère de compétence et d'activité ! Rien n'a changé. De Gilles Perrault qui a cherché à nous "refiler" l'innocence de Christian Ranucci derrière une légitime dénonciation de sa peine de mort à Jean-Marie Rouart qui s'est senti poussé des ailes de Voltaire en miniature avec Omar Raddad, les intellectuels qui ne connaissent rien à la chose criminelle, généralement n'ont pas assisté aux procès qu'ils dénigrent et croient sur parole ce que la mythologie de l'erreur judiciaire leur susurre à l'esprit - la journaliste, dans l'émission, ébahie par l'air de sincérité de Luc Tangorre, Gilles Perrault affirmant qu'il était inconcevable de ne pas lui faire confiance, il semblait si vrai ! - n'ont pas disparu. Au contraire. En effet, moins on a de maîtres incontestables sur le plan de la pensée, de la vision sociale et de la morale publique, plus on retrouvera ces personnalités limitées dans les domaines de l'éthique facile, des causes confortablement médiatiques et des combats aujourd'hui vite menés et aisément gagnés : ceux qui s'en prennent aux institutions d'ordre et d'autorité, ceux qui ont un faible pour les transgressions."

 

Le 11 août 2014, Luc Tangorre a été arrêté pour des soupçons d'agressions sexuelles et est actuellement mis en examen auprès d'un juge d'instruction de Nîmes pour s'en être pris à une mineure. Plusieurs victimes seraient concernées. Sans doute un nouveau complot de la police, ou pire, des féministes. Mais trois fois, tout de même....

 

 

 

Virginie IKKY pour Greffier Noir

 

 


 

 





 

















01/05/2009
11 Poster un commentaire

A découvrir aussi