Le Greffier Noir, enquêtes et faits-divers

Meurtre de Bernard Borrel: des scellés ont été détruits par inadvertance. La veuve du juge a été reçue par le procureur de Paris. (En bref, 15/11/2015)

Par Alexis Kropotkine,

en bref.

Selon BFM-TV (12/11/2015), des scellés importants de l'affaire Bernard Borrel ont été détruits par inadvertance. Les investigations récemment ordonnées par la Cour d’appel de Paris, entre autre des analyses ADN et papillaires sur un short et un briquet retrouvés sur les lieux du crime en 1995, ne pourront être réalisées.

 

Bernard Borrel, magistrat français retrouvé sans vie à Djibouti le 19 octobre 1995

 

Le juge Bernard Borrel, assassiné à Djibouti en octobre 1995Le corps de Bernard Borrel, magistrat français détaché auprès du ministère de la justice de Djibouti, a été retrouvé carbonisé le 19 octobre 1995, en contrebas d'un ravin, face au lieu-dit « L'Ile du Diable ». D'abord considérée comme un suicide, sa mort fait désormais l'objet d'investigations criminelles.

Plusieurs théories sont avancées pour expliquer l'assassinat du magistrat.
Selon sa veuve, Elisabeth Borrel, il s'agirait « d'un crime d'État » susceptible d'impliquer l'ancien chef des services spéciaux de Djibouti, Ismaïl Omar Guelleh, devenu depuis Président de la République. (voir notamment le livre d'Elisabeth Borrel Un juge assassiné *)
Pour certains enquêteurs, Bernard Borrel aurait été exécuté suite à des découvertes sur l'attentat du Café de Paris, perpétré le 27 septembre 1990 à Djibouti contre un établissement  fréquenté par des militaires français et leurs familles. Une action qui coûta la vie d'un enfant de 9 ans et fit 17 blessés, dont 15 Français.
D'autres évoquent la piste d'un trafic d'uranium ou encore la vengeance d'un réseau pédophile mis au jour au sein de la communauté des expatriés par le magistrat.

 

Un lot de scellés mal étiqueté disparaît du tribunal

 

Une source proche du dossier, citée par Le Figaro, affirme qu'il existait 2 lots de scellés, conservés respectivement au Palais de Justice et au Pôle financier. Seul le premier lot, entreposé au tribunal, s'est volatilisé suite à une erreur d’étiquetage. Les pièces portaient la mention erronée « non-lieu », autorisant leur destruction, bien qu'aucune décision de non-lieu ne soit jamais intervenue dans ce dossier, par ailleurs toujours à l’instruction.
D'après les informations du Figaro, parmi la trentaine de scellés détruits se trouvaient un briquet, une sandale et des bidons d'essence découverts sur les lieux du crime. La justice avait ordonné en septembre 2014 un nouvel examen de traces ADN et papillaires trouvées sur ces pièces à conviction, détruites depuis une dizaine d'années.

Christiane Taubira a annoncé la saisine de l'inspection des services judiciaires pour déterminer les circonstances de cette « déplorable » erreur. BFM ajoute que la veuve de Bernard Borrel a été reçue la semaine dernière par le procureur de Paris François Molins et le président du tribunal.

 

Alexis Kropotkine, 12 et 15 novembre 2015 pour Le Greffier Noir

 

 

Sources citées dans cet article:

 

* Un juge assassiné, Elisabeth Borrel, éditions Flammarion, octobre 2006.

Dans l'épilogue de ce livre, Elisabeth Borrel écrivait «J'accuse certains juges, militaires, hommes politiques français d'avoir tenté de taire l'assassinat d'un magistrat français en mission pour le France (...), d'avoir intoxiqué l'opinion publique en privilégiant une thèse du suicide grossière (...) , d'avoir protégé un régime politique totalitaire (...) , d'avoir dans le passé escamoté des attentats terroristes visant la France et ses ressortissants (...) Je veux savoir pourquoi, par qui Bernard Borrel a été assassiné dans la nuit du 18 au 19 octobre 1995.»

 

 

Sur Internet.


- Meurtre du juge Borrel, des scellés détruits par erreur par la justice, A.G. avec Cécile Ollivier, BFM-TV, 12/11/2015.

//www.bfmtv.com/societe/meurtre-du-juge-borrel-des-scelles-detruits-par-erreur-dans-l-enquete-929499.html

 

- et sur Le Figaro, 12 novembre 2015.

//www.lefigaro.fr/actualite-france/2015/11/12/01016-20151112ARTFIG00235-affaire-borrel-des-scelles-importants-ont-ete-detruits.php

 

- Voir également ces articles:
- //www.leparisien.fr/faits-divers/mort-du-juge-borrel-la-famille-du-temoin-cle-lance-un-appel-a-l-aide-02-09-2013-3101191.php 
- //www.charentelibre.fr/2011/04/29/les-precedents-attentats-anti-francais-en-afrique,1033337.php



15/11/2015
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi