Le Greffier Noir, enquêtes et faits-divers

Attentat contre Charlie Hebdo : le procès en appel de Claude Hermant et consorts s'ouvre ce mercredi 10 octobre à Douai

Par Alexis Kropotkine,

le 10 octobre 2018.

 

 

Amedy coulibaly tenant une arbalette - attentats du 7-9 janvier

Le procès en appel des 4 acteurs principaux du dossier Hermant et consorts s'ouvre ce mercredi 10 octobre à 14H devant la 4ème chambre de la Cour d'appel de Douai. (lire ici nos comptes-rendus détaillés du procès de première instance.)

 

 

A la tête d'une importante entreprise d'importation-remilitarisation d'armes de guerre slovaques ensuite disséminées sur le territoire national, Claude Hermant a toujours affirmé que son trafic, parfaitement illégal, avait reçu l'aval des services de renseignement de la gendarmerie. Selon la barbouze, dont certaines armes ont été retrouvées entre les mains d'Amedy Coulibaly sur le seuil de l'épicerie casher prise d'assaut le 9 janvier 2015, la stratégie consistait à injecter des armes de guerre dans les milieux criminels afin de permettre aux services "de remonter et démanteler des réseaux". Ce qu'ont toujours nié farouchement, sans contester le statut d'informateur immatriculé de Claude Hermant, les officiers traitants impliqués dans ce dossier. « Nous n'avons jamais été au courant de tout ça, s'offusquait un gendarme interrogé par les premiers enquêteurs, vous vous rendez compte ? Si on nous avait parlé de vente d'armes dans ces proportions, on aurait sauté dessus. C'était du pain béni. Notre objectif c'est de dire aux sources de ne pas provoquer d'infractions. C'est pas possible, c'est énorme ! On ne fonctionne pas comme ça chez nous. (...) A titre personnel, je n’aurais jamais accepté cela, je ne suis pas seul et en plus, il y a ma hiérarchie (…) On ne lui a jamais donné l'ordre d'acheter des armes. Nous n'étions pas au courant qu'il achetait des armes. C'est énorme ! »

Condamné en première instance à 7 années d’emprisonnement assorties d'une lourde amende, condamnation frappée d'appel tant par l'intéressé que par le ministère public, Claude Hermant est aujourd'hui rejugé aux cotés d'un de ses "clients premium", Samir Ladjali, censé faire le lien entre les assaillants du 7-9 janvier et l'ultradroite lilloise, un courant politique minoritaire dont Claude Hermant, avant son arrestation le 20 janvier 2015, était le représentant dans les Hauts-de-France .

 

 

Amedy Coulibaly à la montagne -attentats du 7-9 janvierNéanmoins, il convient de noter que cette "hypothèse policière Ladjali" pourrait désormais être mise à mal par les récentes découvertes des enquêteurs de la SDAT travaillant sur les attentats du 7-9 janvier, lesquels désigneraient plus probablement un certain Ali Riza Pola comme l'acteur transversal des dossiers lillois et parisien.

Seront également rejugés ce mercredi 10 octobre la compagne de Claude Hermant, Aurore Joly, ainsi qu'un douanier condamné en septembre 2017 à 8 mois de prison avec sursis, Sébastien Lemaire. En poste à la DNRED de Lille au moment des attentats de janvier 2015, ce dernier avait été filmé clandestinement alors qu'il acquerrait une kalachnikov destinée à la défense de ses biens et de sa famille dans le cadre d'une démarche survivaliste. Sébastien Lemaire était entre autres le supérieur hiérarchique des premiers agents traitants de Claude Hermant lorsque celui-ci travaillait pour les douanes en tant qu'aviseur (informateur), un statut que la barbouze aurait perdu en 2012 suite à une sombre affaire de douanier ripoux impliqués dans un vaste trafic de cocaïne.

Requins, anguilles, baleines et crocodiles...le second round de l'affaire Hermant permettra-t-il d'assécher le marigot ? Réponse dans quelques heures.



Alexis Kropotkine, le 10 octobre 2018, pour le Greffier Noir.



10/10/2018
0 Poster un commentaire