Le Greffier Noir, enquêtes et faits-divers

Mark David Chapman, l'assassin de John Lennon

 Par Virginie Ikky,

 

Le 13 mars 2012

 

 

mark chapman

Mark Chapman fait aujourd'hui partie des rares détenus dont la sortie, bien que juridiquement possible, semble inenvisageable en raison des menaces de mort directes et persistantes qui pèsent sur sa tête. Il a tué l'une des idoles du 20ème siècle, le plus scandaleux et médiatique des Beatles, un mythe de son vivant, John Lennon. Celui qui a déclenché l'une des polémiques les plus mémorables de l'histoire de la musique en 1966. Dans une interview à l'Evening Star, John Lennon lança : « Le christianisme disparaîtra. Il s'évaporera, rétrécira. Je n'ai pas à discuter là-dessus. J'ai raison, il sera prouvé que j'ai raison. Nous sommes plus populaires que Jésus désormais. Je ne sais pas ce qui disparaîtra en premier, le rock'n'roll ou le christianisme... ».

                      

Mark David Chapman est né le 10 mai 1955 dans une famille en apparence bien sous tous rapports mais déchirée de l'intérieur. Il manifeste très tôt des signes d'intense instabilité psychologique qui lui permettent d'échapper à l'enfer que fait vivre son père à la famille. Son père bat sa mère régulièrement et Mark doit souvent les séparer. Vers l'âge de 8 ans, il s'invente un monde imaginaire composé des milliers de petits hommes qui sont ses sujets, et lui est leur roi. Il est passionné par le magicien d'oz et le personnage du lion peureux, et est également un fan ardent des Beatles. Il a 11 ans lorsque la polémique sur les propos de Lennon éclate et elle reste bien évidemment gravée dans sa mémoire d'enfant.

 

evening star john lennonDans la ceinture de la bible, le sud conservateur des USA, une vague de haine contre le groupe et Lennon en particulier déferle, attisée par le lobby chrétien évangélique. Ainsi en Alabama, des disques du groupe sont brûlés le 31 juillet 1966. 22 stations de radio américaines boycottent le groupe, la vente de ses disques est interdite en Afrique du Sud et les prestations publiques américaines des Beatles sont tendues. Le Ku Klux Klan menace directement les concerts du groupe. La situation ne se calme qu'après de nombreuses excuses publiques de Lennon fin août.

                      

En 1969, l'écoute de l'album Magical mystery Tour convainc Mark Chapman que son existence prendra un sens dans la prise intensive de drogues. Il prend en grande quantité du cannabis et du LSD. Un ami le persuade de se tourner vers le Christianisme pour sortir du marasme dans lequel il vit. Chapman change du tout au tout et se mue en parfait chrétien propre sur lui. Sa vie ne sera plus que cela jusqu'au jour fatal : une série d'aller-retours brutaux et illogiques entre dépression et espoir, entre intégration et marginalité, selon que Chapman maîtrise ou non ses tourments intérieurs.


En Georgie, Mark Chapman devient éducateur dans une YMCA. Les enfants l'adorent et il devient mine de rien quelqu'un d'important dans la communauté. Il est envoyé comme bénévole au Liban mais est évacué presqu'aussitôt. Il travaille ensuite dans un centre accueillant des réfugiés du Vietnam.  En 1976, Mark Chapman, s'inscrit avec sa petite amie Jessica dans une université presbytérienne du Tennessee pour passer un diplôme d'éducateur. Il est cependant regagné par ses pulsions dépressives. Égocentrique au possible, il ne supporte pas de n'être rien, de ne pas se distinguer. Il ne parvient pas à s'épanouir dans son rôle d'éducateur où il est pourtant loué comme ayant un contact d'exception avec les enfants.

En 1977, Mark Chapman fait son premier voyage à OAHU, une île hawaïenne, avec la ferme intention de vivre dans le luxe et de claquer toutes ses économies. A court d'argent, il se rend dans une YMCA et contacte son ex petite amie Jessica pour renouer avec elle. Il rentre plein d'espoir aux USA mais replonge dans ses idées noires. Il repart alors vers l'île d'OAHU avec la ferme intention d'en finir. Il met ses menaces à exécution en mai 1977, en louant une voiture et en se rendant avec sur une plage d'Honolulu. Il s'installe dans la voiture avec un tuyau relié au pot d'échappement. Le tuyau fond au soleil et Chapman est sauvé par un pêcheur. Il se fait alors interné en unité psychiatrique.

                                                            

mark chapmanPersuadé d'avoir été sauvé par dieu, Mark Chapman profite de son séjour à l'hôpital pour jouer les messies. Il fait merveille auprès des personnes âgées esseulées à qui il tient compagnie pendant des heures. On lui confie un travail d'agent de nettoyage qu'il accomplit avec passion et ferveur, tant il est dans une phase d'extase. Il reprend goût à la vie au printemps 78. Profitant d'un cadeau de 1000 dollars de son père, il voyage en asie et au moyen-orient, et s'installe à Atlanta à son retour. Il fréquente Gloria Abe, une nippo-américaine avec laquelle il se marie le 2 juin 1979. Le couple part s'installer à WAIKIKI.

La phase descendante de Mark Chapman, telle une régularité d'horloge, reprend alors en 1979. Mark Chapman a des crises de violence de plus en plus virulentes. Il boit sans arrêt et dévore l'attrape-coeurs de Salinger avec lequel il s'identifie à fond au héros, Holden Caufield. Il fait même des démarches auprès de la justice pour changer de nom et adopter ce patronyme. Ce roman a la réputation d'être le livre de chevet des sociopathes.

 

Le héros du livre parle à la première personne et nous raconte sa dérive, de l'université à New York, où il réserve une chambre dans un hôtel sordide, "the Edmont Hotel". Holden passe alors deux jours en ville, largement caractérisés par l'ivresse et la solitude. Les lecteurs pathologiques comme Mark Chapman s'identifie à Holden, qui se démarque des camarades de son âge qui, tous, assistent au match de foot de fin d'année. Holden Caufield dénigre tout, aime monter des bobards, se présenter sous de faux noms, fabuler, mais lui-même, à ce jeu, perd le sens du réel. Les êtres humains n'éveillent en lui que du dégoût, de l'incompréhension, de l'agacement, parfois, au mieux, de la compassion mêlée d'écoeurement. Il semble qu'il y ait toujours une distance infranchissable entre lui et les autres, ce que ressent exactement Mark Chapman.

Mark Chapman renoue avec les Beatles à la bibliothèque, quand il lit une biographie de John Lennon écrite par Anthony Fawcette, One day at a time. Plutôt élogieuse, elle n'éveille que jalousie chez Mark Chapman qui voit en Lennon un symbole de cynisme, de mensonge, lui, le pacifiste donneur de leçon qui vit dans une tour d'ivoire et gère sa fortune comme un requin de la finance (c'est en fait Yoko qui a fait prospérer le compte en banque de son époux). Lennon est un traître et Mark Chapman fomente le projet de le tuer.

 

Le compte à rebours mortel démarre le 23 octobre 1980, lorsque Mark Chapman quitte son emploi de gardien, quelques jours après la sortie de Double phantasy, le dernier album studio de John Lennon. Il se rend chez un armurier et achète une arme. Il part le 29 octobre à New-York en ayant emprunté 5000 dollars à son beau-père. Il fait le pied de grue au pied du Dakota Building mais ne voit pas John Lennon. Il fait alors un crochet par Atlanta et repart le 8 novembre à New-York. Le 10 novembre, il voit au cinéma le film des gens comme les autres de Robert Redford, un film sur la culpabilité et la rédemption. Plus suggestible et fragile que jamais, Mark Chapman décide qu'il doit retourner auprès de son épouse et abandonner ses projets.

 

John-Lennon-signs-an-autograph-for-Mark-Chapman-his-murderer-December-8-1980.jpgA HAWAI, Mark Chapman replonge une dernière fois. Il ne se contient plus et retourne, armé, le 6 décembre à New-York. Il se lève au matin du 8 décembre et décide que ce sera le jour J : il va assassiner John Lennon. Il se rend avec son exemplaire de l'Attrape-coeurs et attend avec d'autres fans que John lennon passe devant lui. A 17 heures, la star sort de l'immeuble et dédicace à Mark Chapman son exemplaire de Double phantasy. A 22 heures 50, Lennon est de retour avec Yoko, Mark Chapman fait feu par 5 fois dans le dos de John Lennon, qui fait quelques pas et s'écroule.

 
Mark Chapman va s'isoler dans une ruelle et lit son livre quand il est arrêté. La nouvelle de la mort de John Lennon se répand très rapidement. Emmené à l'hôpital Roosevelt en urgence, il est déclaré mort à 23 heures 07. Des foules énormes convergent vers le Dakota Building et l'hôpital. Mark Chapman est docile avec les policiers mais craint d'être lynché. Yoko Ono fait par la suite une déclaration : « Il n'y aura pas de cérémonie pour John. John aimait et a prié pour l'humanité. S'il vous plait, faîtes de même pour lui. Merci, Yoko et Sean ». Le corps de John Lennon est par la suite incinéré et ses cendres remises à Yoko Ono.

 

                  

Mark Chapman est interné à l'hôpital Bellevevue. Les mesures de sécurité sont renforcées à l'extrême. Les fenêtres de sa chambre sont peintes en noires pour éviter les snipers. Mark Chapman est inculpé de meurtre avec préméditation et doit selon toute logique plaider non coupable pour aliénation mentale. Mais, contre toute attente, il plaide coupable au procès et est condamné à une peine de prison à perpétuité avec 20 ans incompressibles.

 

Mark Chapman est depuis placé à l'isolement pour des raisons de sécurité. Il a fait malheureusement des émules, des sociopathes comme lui qui voulaient se venger sur des célébrités : John Bardo, qui lui a écrit en prison et qui tuera une jeune actrice, Rebecca Schaeffer et John Hinckley, qui pour attirer l’attention de Jody Foster essaiera de tuer Ronald Reagan.

 

La libération pour bonne conduite de Mark Chapman a été refusée à plusieurs reprises. Sa tête a été mise à prix maintes fois, et des menaces ont été proférées à son encontre s'il venait à être libéré. En mai 2005, la chaîne britannique de télévision Channel 4 annonça son projet de faire une interview télévisée de Chapman mais Yoko Ono s'est insurgée de manière véhémente contre cet engouement médiatique en attaquant la chaîne. Deux films de fiction ont récemment été tournés sur Chapman et l'assassinat de Lennon : Chapitre 27 avec Jared Leto, et The killing of John Lennon. Un rassemblement à la mémoire de John Lennon est organisé chaque 8 décembre à New York.

 

Lennon avait mentionné sa mort violente en chanson (le « shoot me » répété avant chaque couplet de Come Together) de façon troublante, ainsi que dans plusieurs interviews. Le jour même de son assassinat, il avait déclaré : « Je considère que mon travail ne sera pas terminé tant que je ne serais pas mort et enterré et j'espère que ce sera dans très, très longtemps ». Lorsqu'il était encore avec les Beatles, il avait répondu à un journaliste lui demandant comment il pourrait mourir : « Je serais probablement descendu par un cinglé ».

                          

En 1989, Fenton Bresler émit la théorie selon laquelle Mark Chapman était un manchourian candidate, un tueur manipulé par la CIA et le FBI pour se débarrasser, à la manière de JFK,  RFK ou de Luther King, de John Lennon, considéré comme un perturbateur aux USA. BRESLER indique dans son livre que le FBI surveillait Lennon à grande échelle, particulièrement pendant les années 1971-1972. Le gouvernement a également usé de méthodes d'harcèlement contre la star. Une des méthodes utilisées par le gouvernement américain pour harceler Lennon était la menace d'expulsion. Le gouvernement avait la ressource de se servir de la condamnation de John Lennon pour possession de drogue en octobre 1968, en Grande-Bretagne, lorsque Lennon et Ono avait été arrêté en possession de marijuana. Le combat de Lennon pour vivre aux USA sera long et pénible. A l'aube de son assassinat, il avait enfin trouver une stabilité affective et administrative.

Fenton Bresler a interviewé Arthur O'Connor, le lieutenant qui était le commandant de la vingtième section de la police de New York qui a traité le meurtre de John Lennon. Il cite O'Connor dans son livre disant que, "tant que vous essayerez de mettre à jour la conspiration, je vous soutiendrais. Comme j'ai dit au téléphone, si ce monsieur [le tireur] avait voulu s'échapper, il pouvait partir facilement. Il y avait le métro juste à côté et personne autour pour l'arrêter." Il est vrai que Mark Chapman a eu une réaction très bizarre, n'essayant pas du tout de s'échapper, et agissant comme un robot, insensible au tumulte l'entourant, alors que l'enquête avançant, il a semblé très inquiet d'être lynché. Son parcours a de quoi interrogé, lorsque l'on voit le nombre de fois où il a brutalement changé de personnalité, de mode de vie, d'aspirations, renonçant plusieurs fois à son projet d'assassinat, pour se réveiller le 8 décembre 1980, calme et serein sur son projet de tuerie.

Des expériences dans le cadre notamment du  projet MKULTRA ont effectivement été menées sur le territoire US par la CIA. Ce genre de manipulations, si elle a existé, n'a cependant aucune chance à l'heure actuelle d'être révélée par les autorités, et les documents sont certainement détruits depuis longtemps.

 

 

Virginie IKKY pour Greffier Noir

 

 



























































13/03/2012
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi