Le Greffier Noir, enquêtes et faits-divers

26/04/2016 Karla Homolka de retour au Canada. L'ex-femme de Paul Bernardo s'est installée à Châteauguay.

Par Virginie Ikky,

le 26 avril 2016.

Karla Homolka & Paul Bernardo début 1990Stupéfaction dans la ville de Châteauguay, au Québec, dont les habitants ont récemment découvert qu'ils comptaient depuis deux ans parmi leurs résidents une certaine Karla Homolka.

 

Karla Homolka formait avec Paul Bernardo un couple criminel dont le parcours est jalonné de dizaines de viols, enlèvements et meurtres de jeunes filles. Lorsque l'affaire a éclaté en 1993, Karla Homolka a plaidé coupable des accusations d’homicides involontaires en échange d’une peine réduite de 12 ans d'incarcération. Elle se présentait comme l'épouse soumise et maltraitée de Paul Bernardo.


A cette époque, le rôle exact de Karla Homolka dans les crimes était difficile à définir. Deux ans plus tard, lors du procès de son époux, les canadiens furent scandalisés en découvrant les cassettes vidéos filmées par le couple. Entre-temps en effet, Paul Bernardo avait révélé l'emplacement de la cache où il conservait les films réalisés lors des séquestrations des jeunes victimes. La peine de Karla Homolka apparut alors bien  légère, les films montrant qu'elle avait pris une part active aux sévices, y compris à ceux infligés à sa propre petite sœur, Tammy.


Karla Homolka a pris la décision de quitter le Canada dès sa sortie de prison, supposément pour vivre dans les Caraïbes auprès de son nouveau compagnon, frère de l'une de ses avocates.
Or celle qui se fait maintenant appeler Leanne TEALE est revenue vivre au Canada dans le plus grand secret et s'est installée dans un secteur résidentiel de Châteauguay avec sa famille. Les voisins du couple ne l'avaient manifestement pas reconnue et n'avaient rien trouvé à redire sur ces nouveaux arrivants, si ce n'est qu'ils déclinaient les invitations du voisinage. A présent que les médias ont révélé la présence d'Homolka, la Centennial Park Elementary School, qui scolarise ses 3 enfants, fait face à une levée de bouclier des parents d'élèves. Les journalistes sont naturellement aux aguets pour capter l'image de la femme la plus détestée du Canada. Le mari de Karla Homolka a balayé l'idée d'un déménagement mais la frénésie médiatique n'en est qu'à ses débuts.

 

 

Par Virginie Ikky pour Greffier Noir

 

Liens vers d'autres articles :

 

1°) Le journal de Montréal

 

2°) La presse.ca



26/04/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi