Le Greffier Noir, enquêtes et faits-divers

L'assassinat de Bobby Kennedy, la thèse du manchurian candidate

 

                                     Par Virginie Ikky

 

Le 29 décembre 2009

 

 Année 1968, Bobby Kennedy se lance dans la course des primaires du parti démocrate. Après le mirage des années JFK et son assassinat, les USA ont traversé des années de troubles intenses menant le pays au bord de la guerre civile. Des millions de personnes manifestent dans la rue pour protester contre la guerre du Vietnam, des factions politiques d'extrême-gauche ou identitaires à la manière des black panthers prônent l'action violente. Les leaders sont assassinés comme dans une république bananière, à la manière des leaders de la communauté noire comme Malcom X, Martin Luther King, ou Bobby Hutton des Black Panthers, âgé de 17 ans seulement, et tué par la police d'Oakland en Californie. Sa maison fut incendiée, forçant Hutton, non armé, à fuir sous une pluie de balles. Il fut touché dix fois. Deux jours seulement avant la mort d'Hutton, Martin Luther King était assassiné. L'homme accusé et condamné pour le meurtre s'appelait James Earl Ray.


couverture du TimeLes Blancs étaient effrayés par les Noirs qui se soulevaient et s'armaient pour se défendre contre la police laquelle avait prouvé clairement que les tuer de sang-froid ne lui posait aucun problème. Il y eut également le massacre de My Lai au Viet-Nâm, au cours duquel les soldats américains tuèrent  504 civils désarmés. Beaucoup furent violés et torturés avant d'être assassinés

Le plus jeune frère de John Kennedy, appelé affectueusement Bobby avait acquis une réputation de quelqu'un d'intelligent, infatigable et honnête. L'espoir qu'il suscitait était à la hauteur de la dépravation des élites politiques, financières et policières du pays. Sa popularité traversait toutes les races. Nombre de personnes croyaient qu'il serait capable de commencer le processus de guérison pour enfin instituer des politiques sociales et remettre les États-Unis sur le chemin de la réconciliation nationale.

Le 5 juin 1968, juste après minuit, Bobby Kennedy termine son discours de victoire aux primaires de Californie dans la salle de bal de l'Ambassador Hotel, puis il quitte l'estrade. Il était à une primaire de s'assurer la nomination présidentielle. Son prochain arrêt était Chicago.


À la suite de son discours, Robert Kennedy devait donner une conférence de presse dans la Salle Coloniale de l'hôtel. Il pris un raccourci par les cuisines. Il était conduit par le garde du corps Thane Eugene Cesar. Tandis que Cesar le poussait à travers la foule, un jeune Palestinien appelé Sirhan Bishara Sirhan, apparut. Il pointa un revolver Iver Johnson de calibre .22 sur Kennedy et tira deux coups de feu.

 

 
 


Après que Kennedy tomba au sol, l'agent de sécurité Bill Barry a frappé Sirhan deux fois sur le visage tandis que d'autres, dont Uecker, Edward Minasian, l'écrivain George Plimpton, le médaillé d'or olympique Rafer Johnson et le joueur professionnel de football américain Rosey Grier, ont immobilisé Sirhan contre la table à vapeur et l'ont désarmé. Sirhan a attrapé son revolver, mais il avait déjà tiré toutes les balles. Barry est allé vers Kennedy et lui a jeté sa veste sur la tête, affirmant plus tard : « J'ai su immédiatement que c'était un petit calibre, et j'espérais que Kennedy n'était pas en si mauvais état, mais ensuite j'ai vu le trou dans la tête du sénateur, et je savais. ».

Les journalistes et les photographes se sont précipités vers la zone, ce qui a contribué à l'ambiance de chaos. Comme Kennedy était allongé et blessé, Juan Romero a surélevé sa tête et a placé des perles de chapelet dans sa main. Kennedy a demandé à Romero : « Tout le monde est hors de danger ? » et Romero a répondu : « Oui, oui, tout va bien aller ».


Bobby Kennedy au solEthel Kennedy, la femme de Robert Kennedy, alors enceinte de leur onzième enfant, a rapidement été conduite à son mari et s'est agenouillée à ses côtés. Kennedy a été transporté à plus d'un kilomètre plus loin, au Central Receiving Hospital, où il est passé tout près de la mort. Après environ 30 minutes, Kennedy a été transféré à l'Hospital of the Good Samaritan. L'intervention chirurgicale a débuté à 3 h 12 du matin et a duré trois heures et 40 minutes. Dix heures et demie plus tard, le mercredi à 17 h 30, le porte-parole de Kennedy, Frank Mankiewicz, a annoncé que les médecins étaient « préoccupés par son état ».

Kennedy avait été blessé trois fois. Une balle, tirée à une distance d'environ 2 à 3 cm, est entrée derrière son oreille droite, dispersant des fragments à travers son cerveau. Deux autres sont entrées à l'arrière de son aisselle droite, une sortant de sa poitrine et l'autre s'étant déposée à l'arrière de son cou. En dépit de la neurochirurgie pratiquée au Good Samaritan Hospital afin d'enlever les balles et les fragments d'os de son cerveau, Kennedy est décédé à 1 h 44 du matin, près de 26 heures après les coups de feu.

Cinq autres personnes ont également été blessées : William Weisel d'ABC News, Paul Schrade du syndicat United Auto Workers, la militante du Parti démocrate Elizabeth Evans, Ira Goldstein du Continental News Service et un bénévole de la campagne de Kennedy, Irwin Stroll.


Après l'autopsie du 6 juin, le corps de Kennedy fut emmené à New York et exposé en la cathédrale Saint-Patrick. Les funérailles se tinrent au matin du 8 juin. Son frère, le sénateur Edward Moore Kennedy, lui rendit hommage en disant : « Mon frère n'a nul besoin d'être idéalisé ou grandi dans la mort, au-delà de ce qu'il fut de son vivant, il faut simplement se rappeler de lui comme d'un homme bon et digne, qui vit l'injustice et tenta de la redresser, vit la souffrance et tenta de la guérir, vit la guerre et tenta d'y mettre un terme. » . Immédiatement après la messe, le corps de Kennedy a été transporté par un train lent à Washington,drainant une foule immense. Kennedy a été enterré près de son frère John au cimetière national d'Arlington.

 

Le tueur Sirhan Sirhan est un militant palestinien mais ses mobiles restent flous. L'hypothèse a été émise que la date de l'assassinat avait une signification, car c'était le premier anniversaire du premier jour de la guerre des Six Jours entre Israël et des pays arabes voisins. Lorsque Sirhan a été pris par la police, elle a trouvé dans sa poche un article de journal à propos du soutien de Kennedy à Israël. Son journal intime trouvé lors de la perquisition dans la maison de Sirhan déclarait « Ma détermination à éliminer RFK devient de plus en plus une obsession inébranlable. RFK doit mourir. RFK doit être tué. Robert F. Kennedy doit être assassiné... Robert F. Kennedy doit être assassiné avant le 5 juin 1968».

Sirhan Bishara Sirhan est né le 19 mars 1944 à Jérusalem. Sirhan n'avait que 4 ans quand il fut témoin la première fois d'une bombe qui laissa « les rues couvertes de corps mutilés et sanglants de victimes arabes. » Son enfance empira à partir de là. Il se rappelle avoir vu une explosion sectionner la jambe d'une petite fille et le sang couler du dessous du genou comme d'un robinet. » Sa mère, Mary, et son frère Adel se souviennent de Sirhan hurlant, entrant en courant dans l'appartement avec un seau à moitié plein d'eau avec une main humaine qui flottait dedans.


photo de famille de SirhanSirhan était régulièrement battu et violenté par son père. Son père avait été vu à de nombreuses occasions en train de battre Sirhan à la main ou à coups de bâton sous prétexte que l'enfant était« trop émotionnel. » La famille réussit à émigrer aux États-Unis en 1956. Après sept mois, le père de Sirhan y abandonna la famille et retourna au Moyen Orient.

Durant son procès, Sirhan a affirmé que son crime était prémédité depuis 20 ans, bien qu'il ait ensuite dit n'avoir aucun souvenir de celui-ci. Sirhan a été reconnu coupable le 17 avril 1969, et condamné à mort six jours plus tard. La peine a ensuite été atténuée et Sirhan a finalement été condamné à la prison à perpétuité en 1972 après le procès du peuple de l'État de Californie contre Robert Page Anderson, mettant en suspens toutes les condamnations à mort prononcées en Californie avant 1972. Très vite, la culpabilité de Sirhan semble douteuse.

L'emplacement des blessures de Kennedy suggère en effet que son agresseur se tenait derrière lui. Cela a conduit à penser qu'un second tireur aurait en réalité tiré le coup fatal, possibilité soutenue par le coroner Thomas Noguchi. D'autres témoins ont dit qu'alors que Sirhan s'approchait, Kennedy s'est tourné vers la gauche pour serrer des mains, faisant face au nord et exposant par conséquent son côté droit. Récemment, en 2008, le témoin oculaire John Pilger a affirmé sa conviction qu'il avait dû y avoir un second tireur.

En 2007, l'analyse d'un enregistrement audio des coups de feu fait par le journaliste indépendant Stanislaw Pruszynski semble indiquer, selon l'expert Philip van Praag, que treize coups de feu ont été tirés, alors que l'arme de Sirhan ne pouvait tirer que huit fois.

Pour beaucoup d'observateurs, ce second tireur est le garde du corps Thane Eugene Cesar. Cesar travaillait pour Lockheed Aircraft près de Burbank. Il était un ardent détracteur des Kennedy. Il avait un deuxième métier pour Ace Security et était chargé de la sécurité dans la section de l'hôtel à travers laquelle Kennedy serait dirigé comme un raccourci vers sa conférence de presse dans la Salle Coloniale.


Bien qu'admettant posséder un .22, le calibre du pistolet utilisé par Sirhan, Cesar a prétendu qu'il ne le portait pas ce soir-là. Au lieu de ça, il a prétendu porter un .38 qu'il avait acheté pour son service de garde. En fait, il a dit qu'il avait vendu le .22 trois mois avant l'assassinat à un ex-collaborateur appelé Jim Yoder, qui avait pris sa retraite et était parti en Arkansas.

En 1972, William Turner et John Christian, les auteurs du livre « The Assassination of Robert F. Kennedy », frappés par les incohérences rendirent visite à Jim Yoder en Arkansas. Par chance, Yoder était encore en possession du reçu pour l'arme. Il était écrit, « Le 6 sept. 1968 j'ai reçu 15 dollars de Jim Yolder [sic]. L'article en question est un pistolet H&R à 9 coups n° de série Y 13332. Thane E. Cesar. ». Trois mois après l'assassinat de Bobby Kennedy.

Par une étrange coïncidence, l'arme en question n'était pas disponible pour des tests. Peu avant l'arrivée de Turner et Christian, Yoder reçut un appel du LAPD au sujet du pistolet qu'il avait acheté à Cesar. Peu après cela, sa maison a été cambriolée et le pistolet volé....

Chaque témoin de la fusillade ce soir-là a placé Shiran à au moins 1 mètre devant Kennedy. Il n'y eût pas une seule personne qui se soit jamais présentée pour prétendre que Sirhan se trouvait plus près. Ni un témoin ayant vu Kennedy se tourner suffisamment pour que Sirhan lui tire dans le dos. De plus, le coup fatal entra dans la tête de Kennedy près de son oreille droite à une distance d'un ou deux pouces (2,5 à 5 cm), tel que les résidus de poudre recueillis l'ont prouvé.

Autrement dit, il n'y avait qu'un seul homme à l'Ambassador Hotel ce soir-là qui était armé, possédait un pistolet de calibre .22  et était en position pour tirer le coup fatal qui mit fin à la vie de Bobby Kennedy. Cet homme était Thane Eugene Cesar. Et Sirhan aurait tiré des balles à blanc faisant de lui le fou illuminé de service bien commode.


De là est né la théorie selon laquelle Sirhan Sirhan était un "manchurian candidate" dans le cadre des opérations de contrôle mental de la CIA.


L'opération de contrôle du mental de la CIA la mieux connue, qui impliqua la torture documentée de centaines d'adultes, la plupart notamment des patients de l'Allan Memorial Institute au Canada du Dr Ewen Cameron, était appelée «  MKULTRA ». Ils furent torturés physiquement, reçurent des psychotropes comme du LSD, hypnotisés et forcés d'écouter pendant des heures interminables les mêmes messages enregistrés encore et encore � ce que Cameron appelait « conduite psychique. »

Georges PlimptonGeorge Plimpton, le journaliste célèbre, était un des hommes qui ont aidé à maîtriser Sirhan le soir de l'assassinat. Il a décrit Sirhan comme ayant une apparence très paisible dans les yeux et un sourire maladif sur le visage. Rosey Grier a eu beaucoup de difficultés à arracher l'arme de la main de Sirhan. Cette apparence paisible, détachée et les exploits de force étonnants que Sirhan a montrés sont des signes classiques d'une transe hypnotique profonde.

 

Sirhan aurait été un candidat idéal pour une suggestion hypnotique : Une enfance traumatisante et un père maltraitant. Dans une interview avec le cinéaste de documentaires Shane O'Sullivan pour son film « RFK Must Die », le frère de Sirhan, Munir, décrivit Sirhan comme une âme incroyablement gentille, quelqu'un d'inoffensif. Son ambition professionnelle était d'être un traducteur aux Nations Unies jusqu'à ce qu'il trouvât un intérêt dans les chevaux vers 1965 et décidât qu'il voulait être jockey.


À la suite d'une chute de cheval mettant fin à ses espoirs, la personnalité de Sirhan sembla changer. Il se comportait comme un reclus. En 1967, Sirhan disparut mystérieusement pendant trois mois sans dire à sa famille où il était allé. Quand il revint, il avait développé un fort intérêt pour l'occulte.

Le Dr Bernard Diamond fut appelé pour hypnotiser Sirhan dans sa cellule à la suite de l'assassinat, dans l'espoir de susciter un souvenir des événements et une confession de Sirhan. En transe, on demanda à Sirhan de grimper aux barreaux de sa cellule comme un singe. Il obéit consciencieusement. On lui demanda de recréer des pages de son journal. À nouveau, il obéit consciencieusement, écrivant encore et encore, « RFK must die » Il pouvait se rappeler chaque détail de cette soirée, y compris avoir parlé à une femme en robe à pois, mais ne pouvait être induit à se souvenir réellement tirant sur Bobby Kennedy. Diamond essaya même d'implanter le souvenir dans le mental de Sirhan via une suggestion post-hypnotique. Même cela échoua avec ce sujet hypnotique étonnamment expert.

Cette expérience et le passé trouble de Sirhan va de pair avec des témoignages troublants sur une femme en robe à pois aperçue le soir du meurtre en compagnie de Sirhan.

Sandy Serrano, une jeune employée dans la campagne électorale de Kennedy, était présente à l'Ambassador Hotel la nuit effrayante où Bobby Kennedy a été tué. Ayant besoin de faire une pause à cause de la chaleur et la foule, elle trouva un petit coin tranquille sur les marches qui étaient à l'arrière de la section des cuisines. Vers 23h30 environ, elle rencontra trois personnes, une femme et deux hommes, entrant par l'arrière des cuisines, prenant l'escalier où elle était assise. Elle a décrit la femme comme portant une robe blanche avec des pois foncés et ayant un nez « à la Bob Hope ». Elle a dit, après avoir vu une photo de Sirhan Sirhan dans le journal, qu'elle était presque certaine que c'était l'une des personnes qu'elle avait vues monter l'escalier avec cette femme.


sandra SerranoQuelque temps plus tard, quelques secondes après que Serrano ait entendu ce qu'elle a décrit comme des « ratés d'automobile », la femme et un de ses compagnons masculins descendirent en courant les escaliers. Selon Serrano, la femme hurlait, « Nous l'avons descendu, nous l'avons descendu » . Quand elle demanda qui ils avaient descendu, elle répliqua, « le sénateur Kennedy. »

Serrano ne fut pas la seule à décrire la femme en robe à pois et l'associer à Sirhan et/ou l'assassinat. Parmi eux se trouvait l'employée de la campagne électorale de Kennedy, Darnell Johnson et le fils du maître d'hôtel de l'Ambassador, Thomas Vincent DiPierro. DiPierro a dit que la seule raison pour laquelle il avait remarqué Sirhan était qu'il se trouvait près d'une très jolie fille dans une robe à pois. La jeune femme sera également vue par un officier du LAPD.

Pendant 15 à 20 minutes, toutes les communications radio de la police furent perdues sur toutes les fréquences. Cela donna un temps amplement suffisant à la femme en robe à pois et à son compagnon de quitter les rues et être hors d'atteinte de la police.

Serrano, étant le seul témoin de la femme en robe à pois prétendant, « Nous avons descendu Kennedy » fut amenée à la notoire Rampart Division du LAPD pour un interrogatoire n'ayant qu'un but, discréditer Sandy Serrano et tout que qui avait à voir avec l'histoire de la femme en robe blanche à pois. On trouve dans d'anciens articles de journaux une trace de cette femme à pois comme dans l'article ci-dessous :


Autre fait troublant, le témoignage de Jerry Owen, qui pourrait avoir un lien avec la disparition pendant trois mois de Sirhan.

La nuit où Bobby Kennedy fut abattu, Jerry Owen se rendit au poste de police.. Owen prétendait qu'il avait pris Sirhan, l'assassin présumé de RFK, en auto-stop avant l'assassinat. Selon Owen, Sirhan recherchait un cheval et Owen avait un cheval à vendre. Ils se mirent d'accord sur un prix de 300 dollars. Owen devait livrer le cheval pour Sirhan derrière l'Ambassador Hotal à 23h00 la nuit où Kennedy fut abattu.

En fait, Sirhan vivait vraiment en travaillant avec des chevaux. Et quand il fut appréhendé cette nuit-là, on trouva quatre billets de 100 dollars dans sa poche, malgré le fait qu'il fût sans emploi à ce moment-là. Owen prétendit qu'au cours de son voyage avec Sirhan, celui-ci lui demanda de s'arrêter afin de pouvoir parler avec un homme et une femme au coin de Wilshire et Vermont, à quelques blocs seulement de l'Ambassador. L'homme et la femme reflètent d'une manière suspecte l'histoire racontée par Sandy Serrano au sujet de la femme en robe à pois.

Owen prétend que le lendemain du jour où il fit son compte- rendu à la police, il reçut une menace par téléphone. « Êtes-vous « Shepherd ? » L'homme avec des chevaux ? Gardez votre bouche de merde fermée sur cette vente de cheval, ou bien ! » Le nom d'Owen, bien sûr, n'était pas Shepherd, mais sa carte professionnelle disait, « SHEPHERD OF THE HILLS, promenades gratuites sur des poneys pour garçons et filles qui vont à l'église de leur choix, apprenez un verset de la Bible et faites attention à leurs parents. ».

 

Plusieurs témoins ont corroboré des déclarations rendant extrêmement probable que bien qu'Owen puisse avoir véhiculé Sirhan, il ne l'ait pas fait comme un auto-stoppeur rencontré par hasard mais comme quelqu'un avec qui il avait une relation continue. Quel est son intérêt à dire qu'il ne le connaissait pas avant la soirée ?

Enfin, les journaux trouvés dans une perquisition de la maison de Sirhan se lisent comme les divagations d'un fou. Bien qu'il admît que les écrits de ces journaux fussent à lui, Sirhan n'avait aucun souvenir de les avoir écrits. Sous hypnose, toutefois, Sirhan recréa l'écriture de ses journaux, en écrivant compulsivement encore et encore, « RFK doit mourir », donnant crédibilité à l'idée que Sirhan avait écrit réellement les journaux sous transe hypnotique.

 

texte de SirhanBien que beaucoup des écrits dans ces journaux soit répétitifs, il y a une curieuse ligne écrite une fois qui semble n'avoir aucune relation avec son contexte qui se révèle apparemment inexplicable : Sirhan a écrit, « Dieu aide moi s'il te plait, aide-moi. Salvo Di Di Salvo Die S Salvo. » une explication possible est que cela puisse être une référence à Albert DeSalvo, l'étrangleur de Boston.

Le cas de l'étrangleur de Boston fut résolu par l'utilisation de l'hypnose. L'attorney F. Lee Bailey avait engagé un hypnotiseur de Los Angeles William Bryan pour essayer d'extorquer une confession d'Albert DeSalvo. Sous hypnose, DeSalvo donna une description si détaillée des meurtres que sa culpabilité fut immédiatement présumée.

Bryan s'affichait comme « probablement l'expert en chef dans le monde » dans l'utilisation de l'hypnose dans les affaires criminelles. Il prétendait aussi avoir été une fois le batteur dans l'orchestre de Tommy Dorsey, un consultant technique pour le film « Le Candidat Mandchourien », le petit-fils de William Jennings Bryan, un consultant de la CIA pour leurs programmes de contrôle du mental.

Bryan était aussi un client des prostituées. Deux des filles qu'il engageait régulièrement prétendent que Bryan leur a dit franchement au cours d'une de ces sessions qu'il avait hypnotisé, Sirhan Sirhan.

Si on se résume, Sirhan a disparu pendant trois mois en 1967, une période durant laquelle il travaillait avec des chevaux et, selon les témoins, passait du temps avec Jerry Owen. Il est alors en situation pour avoir été intensivement influencé par un hypno-programmeur. Jerry Owen et William Bryan, l'expert auto-proclamé du contrôle du mental de la CIA, travaillaient tous les deux sur le même circuit de prédications. Enfin, Sirhan fait référence dans son journal à Albert DeSalvo, l'étrangleur de Boston présumé et un des plus célèbres sujets de Bryan, rendant la connexion entre Bryan et Sirhan probable. Cette hypothèse est en tout cas au coeur de nombreuses enquêtes, mais comme pour le complot ayant visé son frère aîné, elle ne semble pas recueillir l'attention des grands médias ou de la justice.

Sirhan Sirhan est lui toujours incarcéré à ce jour et affirme ne plus avoir de souvenirs de l'assassinat.

 

Virginie IKKY pour Greffier Noir

 

      
           



29/12/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi